Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

"Faire la Lumière pour faire disparaître l'Ombre !""Chercher la Cause de la Cause !"Sur Smartphone pour voir nos Archives ou notre Revue de Presse (150 Blogs), passez au Format Web en cliquant sur "Version Web" au bas de cette page et agrandissez !

older | 1 | .... | 176 | 177 | (Page 178) | 179 | 180 | .... | 203 | newer

    0 0

    Nous sommes surpris et excités de voir combien de personnes se réveillent chaque jour !


    Le Conseil Arcturien de la 9ème Dimension



     

    "Salutations. 
    Nous sommes le Conseil Arcturien. 
    Nous sommes heureux de communiquer avec vous tous.
    Nous sommes surpris et excités de voir combien de personnes se réveillent chaque jour. 

    Nous avons remarqué cette tendance à mesure que vous vous rapprochez de l'équinoxe, mais nous remarquons aussi qu'une partie de la population est en difficulté. 
    Ils luttent pour trouver quelque chose en quoi croire, et ils n'ont pas été capables de faire un acte de foi à la vérité que nous sommes tous un et que nous sommes tous Source. 
    Ils sont certainement loin de croire qu'ils créent leur réalité.
    Nous avons cherché des moyens d'atteindre ce groupe particulier d'individus sur votre monde, et nous savons que parfois vous tenterez de partager quelque chose avec l'un d'eux pour les amener à la lumière, pour les aider à s'éveiller. 

    Mais vous aurez du mal à convaincre quelqu'un de quelque chose s'il ne sait pas vraiment en quoi il croit. 
    Il est donc beaucoup plus efficace de réserver de l'espace pour ces personnes. 
    Envoyez-leur de l'amour !
    Ayez pitié d'eux et vivez votre vie sans excuses.
    Vivez votre vérité à chaque instant éveillé de chaque jour, peu importe ce que les autres ressentent ou pensent de votre vérité. 

    Plus vous serez nombreux à briller votre lumière et à vivre votre vérité, plus la conscience collective humaine obtiendra ce que vous savez. 
    Vous pouvez atteindre plus de gens en puisant dans la conscience collective que vous ne pouvez le faire en essayant de convaincre quelqu'un qui ne veut pas être convaincu.
    Mais sachez que ceux qui cherchent quelque chose en quoi croire sont toujours servis par la présence de personnes comme vous. 

    Votre présence et le fait de savoir que vous tenez en vous est suffisant pour amener une ou plusieurs personnes à la lumière.
    Nous sommes le Conseil Arcturien, et nous avons pris plaisir à nous connecter avec vous."


    Source : https://danielscranton.com/

     

    0 0


    Divulgation Cosmique Saison 12 : Episode 2 : Tactique de désinformation pour vous contrôler et brouiller les pistes !


     



    George Noory : Bienvenue dans la Divulgation cosmique. Je suis George Norry, je suis ici avec Emery Smith. Désinformation, un mot utilisé tous les jours auprès du public, mais aussi dans le programmes secrets. Emery, bienvenue.
    Emery Smith : Merci George.
    George Noory : Ces programmes de désinformation, concrètement, que sont-ils ?
    Emery Smith : Un programme de désinformation est constamment diffusé dans l’armée, aux yeux du public, mais aussi dans les projets compartimentés, surtout si c’est en lien avec les renseignements et les trucs qu’ils cachent aux autres projets compartimentés. Une des premières fois ou j’ai eu affaire à la désinformation, on m’a en fait dit que tous les êtres sur lesquels je travaillais, 3% d’entre eux, étaient des faux. Et que je ne le saurais pas. Et que je ne pouvais pas poser de questions non plus. Ils lâchent ça pour voir si vous pouvez la boucler et pour surveiller les autres personnes dans le projet. Vous pouvez aller voir une navette, imaginons. Et ils mettent quelque chose sur la navette qui ne cadre pas vraiment, juste pour voir comment vous réagissez vis-à-vis des autres. Même si vous ne travaillez pas sur cette pièce en particulier, pour voir votre réaction. Vous écouter à la cafétéria, au téléphone, et des trucs dans le genre. La désinformation fait donc partie du contrat que vous signez là en bas, que vous ne recevrez pas de désinformations, mais que vous y serez exposé.
    George Noory : Tentent-ils de la rectifier, parfois ?
    Emery Smith : Pas vraiment la corriger. Ils ne disent jamais ce qu’ils ont fait. Un exemple, et ça arrive souvent, et je l’ai aussi entendu de beaucoup de mes collègues travaillant dans ce installations souterraines, où vous verrez un être à peut-être 10 mètres ou un peu plus, juste assez…
    George Noory : juste assez. …loin, non ?
    Emery Smith : Genre, deux gardes de sécurité escortant une créature de type reptilien dans le couloir et manière très ostentatoire.
    George Noory : Quelqu’un dans un costume pour vous duper ?
    Emery Smith : Oui. Exactement. Et c’est juste au cas ou. Si vous fautez, quand vous sortez, ou des trucs comme ça, les gens ne vous croiront pas. Ils veulent que vous ayez l’air un peu dingue. Voir si vous allez suivre cette voie et en faire un bouquin, y expliquer ce que vous avez vu, et partager cette information avec d’autres pays ou agences, et tout ça. Car vous êtes toujours suivi quand vous sortez de ces projets, pendant 25, 30 ans. Ils vous font des visites de temps en temps, pour que vous sachiez qu’ils vous surveillent, et que vous n’avez pas trop foiré les choses. Et je n’ai jamais rien dit qui pourrait mettre le public en danger, moi-même, vous, par exemple, ou les organisations avec lesquelles je travaille. Beaucoup de trucs dont je parle sont dépassés, de la fin des années 80, début des années 90. Ils sont plus contrariés parce que je parle de façons de vous soigner ou de créer de l’énergie libre, que d’extraterrestres.
    George Noory : Ces programmes de désinformation sont-ils aussi destinés au public ?
    Emery Smith : Beaucoup de choses, comme le crash de Roswell. C’était un très bon exemple. D’abord, il y a eu de la pure vérité, sur toute la documentation, puis ensuite : oh, un ballon météorologique. Tout ça pour leurrer le public.
    George Noory : Des mannequins, non ?
    Emery Smith : Oui, c’est ça… des gens sont engagés pour ces projets spécifiques compartimentés pour rédiger des trucs et laisser traîner des dossiers pour voir si vous les ouvrirez, les lisez ou regardez l’ordinateur, et lire quelque chose qui est en fait faux.
    George Noory : Pourquoi ont-ils ces programmes ? Est-ce principalement pour déformer un fait de la vérité ?
    Emery Smith : Pas forcément. Souvent c’est pour les renseignements et la sécurité des gens, et de tout qui travaille avec eux.
    George Noory : Ils ne font confiance à personne.
    Emery Smith : A personne. Ils font ça pour contrôler tout le monde. Et en même temps, beaucoup de ces histoires filtrent dans le médias ou au public volontairement. Ils autorisent cette filtration. Ils permettent à cette personne d’avoir ce dossier. Puis cette personne, cinq ans plus tard, le donne à quelqu’un d’autre. Puis ils le rendent public partout, car il porte le sceau de l’armée américaine. Et je déteste dire ça, Mais il y a beaucoup de documents que je sais que mes collègues ont eu, qui peuvent être vrai, ou pas. Il est dur de savoir ce qui l’est et qui ne l’est pas. Car ça peut être un vrai document avec un sceau, mais ça peut ne pas l’être. Ça peut être une mise en scène.
    George Noory : Dieu, c’est à ce point ?
    Emery Smith : Oui.
    George Noory : Et qui invente ces programmes ? Qui les développe ?
    Emery Smith : En fait, ils ont des organisations qu’ils engagent tout spécialement pour écrire des scénarios et qui anticipent l’avenir, George. Pas juste genre : "On veut que ce message sorte le mois prochain." Je parle de 5, 10, 15, 20 ans, ils ont une quantité incroyable de fausses informations prêtes à être distribuées, pas seulement aux militaires, à leur officiers, mais aussi au grand public en général.
    George Noory : C’est de la propagande ?

    Emery Smith : En quelque sorte, oui, car beaucoup de ces trucs, ils ont besoin de lutter contre un terroriste inconnu pour faire de l’argent pour beaucoup de ces organisations. Ou entrer en guerre pour un truc. Ou imaginer une fausse invasion spatiale, ou l’arrivée d’un astéroïde. On a donc besoin d’argent pour construire ces satellites équipés de missiles, par exemple, alors qu’on a déjà tous ces trucs. C’est juste une manière de dévier l’attention du public, car il y a en fait un truc vraiment sérieux qui se passe. Et personne ne doit le savoir.
    George Noory : Appellerait-on ça maintenant des fake news, cette désinformation ?
    Emery Smith : Oui. Ce sont définitivement les fake news de la planète. Pas seulement ici. Elles sont partout. Regardez ce qui s’est passé avec le Projet Révélation. Et quelques mois plus tard, les tours tombaient. C’est un changement, genre : "On ne peut pas avoir ces astronautes dans la presse mondiale, la plus grande presse internationale qui parle de ces trucs, car on va devoir y répondre. Orientons donc les choses sur cet autre projet et que tout le monde se sente américain pour sauver le monde contre les terroristes." Le but est de dévier votre attention vers un truc qui est vraiment très important. La plus grande histoire, mais on ne veut pas que vous le sachiez.
    George Noory : Comme un tour de passe-passe.
    Emery Smith : Exactement.
    George Noory : Vous a-t-on déjà utilisé, dans ces programmes ?
    Emery Smith : On ne m’a jamais utilisé. Ce que je vous raconte est vraiment ce que je vois. Exactement comment j’ai collaboré avec ces corporations et le gouvernement. Personne ne m’a jamais dit de dire ceci ou cela. Je suis un rebelle solitaire. 





     
    George Noory : Avez-vous été dans ces programmes ?
    Emery Smith : Pas de désinformation. J’ai participé à des programmes avec des désinformants, pour s’assurer que…
    George Noory : Et vous le saviez ?
    Emery Smith : Oui. Oui, définitivement. Ils en ont même parlé avec certains contrats en disant : "Vous aurez des infos de désinformation pour des raisons de sécurité et de renseignement."
    George Noory : Et qu’en pensez-vous?
    Emery Smith : Ça allait. Car même si j’ai travaillé sur des êtres et que 3% d’entre eux n’étaient pas du tout ce qu’ils étaient, les 97% restants, c’est plutôt génial.
    George Noory : Quelqu’un en particulier était-il associé avec ces gens qu’ils infiltraient avec la désinformation ? Un superviseur, par exemple ?
    Emery Smith : Pas que je sache. On ne m’a jamais affecté personne pour me surveiller. Maintenant, j’ai des conseillers scientifiques, des conseillers militaires et des instructeurs avec qui j’ai travaillé il y’a longtemps, qui sont toujours mes amis. Et j’ai le plus grand respect pour eux. Ils me disent : « Emery tu ne devrais peut-être pas parler de ceci ou cela. » Mais ils ne veulent que mon bien et veillent à ma sécurité.
    George Noory : La désinformation est-elle saine et importante ?
    Emery Smith : Je ne vois pas un aspect positif à la désinformation, sauf si c’est pour garder des renseignements sur certaines choses qui pourraient être utilisées contre nous. Je crois que ça serait le seul point positif. Car c’est mieux d’être sincère sur… avec le public, surtout sur ce qui se passe là-bas. Mais si vous l’utilisez à votre avantage, et pour dégrader le public, c’est alors la chose la plus horrible à faire pour une civilisation, en les réprimant et en les retenant. Regardez Tesla et Stubbefield depuis 1899 et comment on les a attaqué et censuré. On devrait avoir nos voitures volantes, appareils anti-gravité et d’énergie du point zéro pour tout le monde.
    George Noory : C’est comme si on avait des entreprises dans le programmes pour développer ce genre de programmes de désinformation.
    Emery Smith : C’est une question d’argent, et d’ego et de contrôle. Ils veulent protéger leur propriété intellectuelle. leurs dispositifs secrets, que ce soit une navette, un dispositif de guérison, et tout ça. Ces corporations sont aussi… En leur sein, elles font aussi de la désinformation pour leurs employés, pour qu’ils ne sortent pas du rang. C’est triste. Car parfois ces employés donneront cette information au public mais ils ne voulaient pas que ça arrive. Ils ne savaient pas que ça allait passer. Et c’est comme un détonateur. Comme une bombe à retardement. Puis cette information passe dans un autre pays. Et là, des gens engagent des gens pour tuer des gens pour avoir cette info quand elle n’existe même pas, ou l’appareil.
    George Noory : Sans vouloir vous vexer, mais comment savoir si vous êtes pas un désinformant? Comment le savoir ?
    Emery Smith : Tout ce que je peux dire, c’est regarder moi. Je suis le seul ici avec des références de colonels et de capitaines.
    Et j’ai mon formulaire DD214. Je suis un de seuls initiés qui a fait ses révélations avec des documents, que Gaia a.
    Il ont tout vérifié. Michael Salla a vérifié tous mes antécédents, J’étais très nerveux.
    George Noory : Il est très minutieux.
    Emery Smith : Il l’était, oui. Il est venu d’Hawaï, ont est allés, dîner. J’étais très nerveux. J’ai pris tous mes documents. Et il ne s’attendait pas à ça. Il a pris des photos de toutes mes attestations. Et il est allé plus loin. Après il est en fait allé à l’université de Stanford et à Harvard aussi, il a contacté les médecins qui m’ont aidé à développer mes brevets. Ils ont dit beaucoup de bien de moi. Ils ont dit : "Oui, c’est le vrai Emery Smith. Il a développé ces appareils, un participant aux tests médicaux pour soigner telles et telles choses. Puis il est allé enquêter à la base aérienne de Kirland et dans d’autres installations militaires. Et les officiers m’ont en grande estime. Il a alors écrit un grand article, ce qui a aidé le public à comprendre."
    George Noory : Absolument.
    Emery Smith : Je vais le dire au public. On ne peut rien croire de ce que les gens disent On ne peut pas croire tout ce qu’on vous dit et tout ce qu’on voit. Car je connais des satellites qui peuvent projeter une chose avec un ombre tout en reflétant la lumière. Vous penserez qu’elle est réelle, car on utilise nos sens.
    George Noory : Vous avez dit dans le passé qu’il avait des informations que vous étiez autorisé à révéler. Qui vous a autorisé ?
    Emery Smith : Je suis…
    George Noory : Pouvez-vous parler ?
    Emery Smith : … soumis à un accord de confidentialité avec les sociétés, pas l’armée. L’armée, je savais ce que je pouvais dire ou non. Personne n’a appelé. j’ai juste attendu que 20 bonnes années passent. Et je sais ce que je peux dire ou non. Avec le temps je pourrai en dire toujours plus. Je suis toujours là, toutes les semaines, pour révéler ces informations, d’éduquer le public pour tout ce qui se passe pour aider le monde et nettoyer la planète. C’est mon objectif. Je ne suis là que pour nettoyer la planète, vaincre toutes ces maladies dans le monde, stopper la faim et tous ces morts. Car on ne va nulle part. Et la planète nous en veut vraiment. Donc mon but principal n’est pas de dire au monde entier : "Il y a de bases secrètes et les aliens existent." Oui, c’est vrai. Tout le monde le sait déjà.
    George Noory : C’est connu.
    Emery Smith : Mais c’est en rapport avec les technologies qu’ils censurent, dont on a besoin pour s’entraider et pour aider le monde. Car si on les avait, on aurait pas besoin de gaz de charbon et de pétrole. Ou de nous entretuer. On serait plus un groupe conscient pour aider la planète et s’entraider. J’essaie donc de changer ça, juste en éduquant.
    George Noory : Mais qui vous autorisé à le révéler ?
    Emery Smith : Je n’ai pas besoin d’autorisation.
    George Noory : Personne en haut?
    Emery Smith : Personne n’est jamais venu me voir. Je savais juste ce que je pouvais dire, dès le départ, et je le fais. Je n’ai jamais eu d’appel d’une corporation disant : « Vous pouvez le faire. » Ou d’appel de mon ex-officier disant ceci ou ça.
    George Noory : Et si vous dites un truc que vous ne devez pas ? Qui vous tomberait dessus ?
    Emery Smith : Je ne le sais pas. Mais vous si, car je serais mort.
    George Noory : Ça serait sérieux à ce point ?
    Emery Smith : Tout à fait.
    George Noory : Et si vous dites un mauvais truc ?
    Emery Smith : Dans ce cas et si j’ai lâché quelques trucs, ils me taperont sur les doigts. Et qui le fera ? Ils ôteront peut-être la vie d’un membre de ma famille, de mes meilleurs amis, de mon chien, comme message. Ces menaces sont réelles. Je travaillais sur des trucs. Et j’ai peut-être dit des choses qu’il ne fallait pas, Et pas à la télé. Au téléphone, à des collègues. Et ils me sont tombés dessus.
    George Noory : Savez-vous qui ?
    Emery Smith : Définitivement une grande entreprise clandestine dont j’ai peut-être affecté la propriété intellectuelle.
    George Noory : On dirait que vous savez qui ils sont…
    Emery Smith : C’est une vraiment très grosse entité, composée des plus grandes sociétés. Je ne sais pas spécifiquement qui ils sont. Mais je sais qu’ils sont là, car on m’a averti. J’ai reçu des textos et des appels.
    George Noory : Ils ne plaisante pas.
    Emery Smith : Ils m’ont appelé. Une fois, ils sont passés devant chez moi dans une fourgonnette. Deux types en tenue tactique ont agité leur MP5 et l’ont pointé vers moi. J’ai su que j’avais du faire un truc ou dire un truc que je ne devais pas.
    George Noory : Portaient-ils un masque ?
    Emery Smith : Oui, tout à fait.
    George Noory : Ah oui ?
    Emery Smith : Oui
    George Noory : Ils voulaient vous faire savoir que si vous dépassez les bornes, Ils savent où vous vivez.
    Emery Smith : Tout à fait. On ne peut s’en cacher. On ne peut se cacher de ces trucs.
    George Noory : Dans d’autres épisodes de Divulgation cosmique, vous avez beaucoup parlé d’aliens et de ce qui se passe là-ba. Tentent-ils de nous désinformer quand à la présence des extraterrestres ? Tentent-ils de cacher ça ?
    Emery Smith : Ce n’est pas tant donner de fausses informations, mais plutôt ne pas donner d’informations sur leur existence. Tous les pays ont divulgué tous leurs documents sur les ovnis, mais on n’en parle pas. Seuls les Etats-Unis n’ont encore rien divulgué. Je me demande pourquoi.
    George Noory : Car il y a trop de choses à divulguer.
    Emery Smith : Voilà pourquoi il faut que tout le monde le découvre soi-même. Ne croyez pas ce que je dis. Je ne suis là pour convaincre personne de ce que j’ai vécu. Je suis là pour exposer certaines choses, pour que la communauté scientifique travaille ensemble, pour développer ces choses dans le gouvernement et les rendre publiques pour aider à sauver le monde.
    George Noory : Et ces programmes sous fausse bannière lié aux aliens et tout ça ? Nous ont-il piégés avec différent faux pavillons ?
    Emery Smith : Si on regarde sur Internet certains autres pays, Ou ça pourrait être notre pays rédigeant une lettre, en Bolivie, qui dit… ou une vidéo d’un extraterrestre ligoté et interviewé. Ça, ce sont des campagnes de désinformation. Il ne permettraient pas vraiment que ça arrive. Ou elle serait éliminée dans l’heure suivant sa publication.
    George Noory : Et ce sont de bonne campagnes. Ils font ça très bien.
    Emery Smith : Oui, et c’est excitant de voir quelque chose comme ça. C’est intrigant. Et ça influence la population en général dans ses croyances. La meilleure façon de faire est en plein jour, en faisant un film qui vous fait penser que ces trucs ont 10 tentacules. Et qu’ils pondront un œuf dans votre sinus. C’est comme ça depuis le départ, et c’est le plus facile à faire. Elle est devant vos yeux la désinformation. Tout ce qu’ils font pour essayer de nous contrôler se trouve sous nos yeux. Et ils le font grâce aux médias. Avec des films. Avec des émissions de télé. Mais beaucoup de gens le savent. Et beaucoup de gens… Ça ouvre aussi un peu plus votre esprit pour accepter différentes races et différentes personnes de tout l’univers, si quelque chose devait être révélé. Mais le pire, c’est de dire que ça va être un agenda démoniaque. 





    George Noory : Comment le public fait-il la différence entre ce qui est vrai et ce qui est faux, ou ça semble authentique, ou peut-être pas ? Comment le sait-on ?
    Emery Smith : C’est le plus compliqué à dire. Généralement, quand une vidéo vraiment authentique sort, et qu’ils ne l’ont pas interceptée à temps, elle sera suivie d’un tas de fausses vidéos, avec lesquelles ils désinformeront le public ou ayant des similitudes avec cette vidéo en particulier. Ça déstabilise les gens. Car vous dites : "Il a été démontré que ces cinq-là sont fausses. Donc celle-ci doit aussi l’être. Elle et si similaire." Mais c’est surement la vraie.
    George Noory : Et c’est la vraie.
    Emery Smith : Ça arrive partout dans le monde, souvent dans d’autres pays, car ils peuvent la transférer plus vite qu’aux Etat-Unis sans qu’on la retire.
    George Noory : Comment a servi la technologie à la désinformation ? Car on peut faire des trucs incroyables, des montages vidéos, des montages audios, des images de synthèse. On peut faire tant de choses pour perturber les gens.
    Emery Smith : Exactement. Comment croire une vidéo alors que je pourrais prendre une photo d’un ami et le faire vous ressembler ? Ou filmer une vidéo où vous et moi semblons dîner ensemble quelque part en train de parler et de raconter des secret…
    George Noory : Voire mettre des mots dans notre bouche.
    Emery Smith : Exact. Ça a entraîné un effet linéaire de négativité, car on peut plus se fier de rien. C’est très dur à faire. Le mieux, c’est d’avoir des gens, des témoins, qui peuvent témoigner pour dire : "Oui, c’est ce qui s’est passé. J’ai filmé ça. Voici tous les gens qui étaient avec moi." Par exemple, un de mes CE-5 était un être de lumière devant moi, très petit.
    Une des photos civiles les plus connues que j’ai prises. Et par chance, des gens étaient présents.
    Donc, quand j’ai pris le nom de tout le monde, pour m’assurer qu’on avait l’autorisation de montrer un truc comme ça et pour dire : Ce n’est pas moi qui filme une vidéo, ou prends une photo genre ‘je l’ai fait."
    George Noory : Exactement.
    Emery Smith : Je n’étais pas tout seul. Il y avait des témoins. Donc, quand ces grand événements ont lieu dans le monde à Mexico au-dessus de Washington, DC, et qu’ils sont filmés, et qu’il y a un énorme groupe d’individus qui les voient, je crois que ça aide vraiment le public à dire : "D’accord, même si 90% ou 95%, voire 99% de toutes ces vidéos sur YouTube sont fakes, même s’il n’y a que 1% de vrai, c’est vraiment incroyable. Je crois que le public doit découvrir ça tout seul, et mener ses propres recherches, et examiner ces technologies, car on peut imiter n’importe quoi maintenant."
    George Noory : Feu Roger Leir était un expert en retrait d’implants aliens ou un truc dans le genre. Il était convaincu que les implant étaient une sorte d’appareil de mesure implanté dans les gens pour la surveillance, ou autres choses. Vous êtes-vous intéressé au phénomène des implants aliens ?
    Emery Smith : Je ne m’intéresse pas a ce phénomène des implants. J’ai extrait de nombreux débris et tout ça. Beaucoup de gens ont du métal en eux. Je ne sais pas comment ils arrivent là, et ils émettent de l’énergie et des fréquences.
    George Noory : Ils pourraient être naturels ?
    Emery Smith : je crois que c’est un phénomène naturel. Mais je ne peux pas dire j’ai fait plus que juste quelques centaines de ce procédures. Mais je n’ai jamais rien vu qui relierait ça à quelqu’un l’implantant dans le corps, ou dans un autre être, ou qu’il soit dans un corps.
    George Noory : Des gouvernements pourraient-ils le faire pour suivre les gens ou…
    Emery Smith : Tout à fait.
    George Noory : … faire quelque chose ?
    Emery Smith : C’est une option, définitivement. Ils ont des technologies plus avancées pour ça. Les cicatrices sont différentes. S’il y a des cicatrices bizarres sur un corps, qui n’ont pas de sens, On leur a inoculé.
    George Noory : Comme une marque, non ?
    Emery Smith : Pas une marque, mais plutôt une vraie cicatrice, ou un hématome ou quelque chose qui ont une forme spécifique, dirons-nous. On a inoculé ces personnes. Ça peut arriver quand il marche.
    George Noory : réellement ?
    Emery Smith : Des trucs fous.
    George Noory : Doivent-il vous frôler ?
    Emery Smith : Ils pourraient, et vous ne le sauriez pas.
    George Noory : Comme un choc ?
    Emery Smith : Juste un choc. Ça m’est arrivé, à moi et mon équipe, au cours de ces six derniers mois. Et on m’a contaminé à l’aéroport de Denver.
    George Noory : Etes-vous tombé malade ?
    Emery Smith : Pas malade, Mais j’ai du prendre de très sérieuses mesures de précaution auprès de médecins spéciaux pour éliminer ce truc de mon corps.
    George Noory : Comment l’ont-ils fait ?
    Emery Smith : Ils m’ont bousculé. Trois types en sweatshirt.
    George Noory : Trois fois ?
    Emery Smith : Oui, trois fois. Ils ont du rater les deux premières fois. Je n’ai pas fait attention, il y avait du monde.
    George Noory : A l’aéroport ?
    Emery Smith : Oui, et c’est après que deux de mes amis proches, quand j’étais en t-shirt, m’ont dit : « C’est quoi ce cercle bizarre avec un point au centre avec 10 point autour, j’ai des photos. Elles montrent cette inoculation. Je sais ce que c’était. J’ai dit : "Ils m’ont eu !"
    George Noory : Vous l’avez senti ?
    Emery Smith : Rien du tout. Ça a été si vite que… et ça a été fait avec un appareil très petit.
    George Noory : Et que tentaient-ils de faire, Emery ?

    Emery Smith : Pour me surveiller, car je vais souvent incognito ces derniers temps sans prendre mon téléphone avec moi. Ça les rend nerveux. Je ne crois pas qu’ils voulaient me tuer, mais l’existence de ces… nanobots ont été prouvées et détectés. J’ai du faire un de nos petits programmes spéciaux genre désintox. Et c’était arrangé en 48 heure.
    George Noory : Ils sont allés chez vous. Ils sont allés vous menacer à l’aéroport. Pourquoi vous laissent-ils faire ?
    Emery Smith : Je ne dis rien que quelqu’un n’a pas déjà filtré ou pas, même si le public ne le sait pas. Ils n’ont pas vraiment peur que je parle des extraterrestres, de mon expérience dans les installations souterraines. Ils sont contrariés car je parle de futures technologies avant qu’il ne soit temps, ce que je peux comprendre un peu. Car ces technologies pourraient ne pas être utilisées à bon escient pour l’humanité, on doit être prudent. Mais je dois toujours éduquer les gens. Oui on a les réponses, OK ? Et ils tentent de faire ces divulgations lentement. Ils ne veulent pas que l’iPhone 20 sorte déjà Ils voulaient diffuser lentement ces cures et ces dispositif et ces informations. Mais vu que j’ai parlé, il a eu 15, 20 appareils différents qui sont sortis depuis novembre, car j’ai juste lâché quelques petites informations sur le sujet. Et les sociétés sont en ligne pour tenter d’éliminer ces trucs. Il regardent ces émissions. Et écoute ce que je dis. Et ils en ont aussi marre. car quelqu’un au-dessus d’eux fait en sorte que ça n’arrive pas. Mais quand quelqu’un comme moi arrive et en parle, ils doivent faire quelque chose. Et soit ils en tirent de l’argent, soit l’enterrent complètement. Ils préfèrent en tirer de l’argent et dire : "Ce qu’ils disent sur ça, c’est un peu vrai, au niveau science." Ils sont contrariés. Ils m’attaquent, car… c’est plus pour ça que pour les extraterrestres.
    Ils se fichent que les gens croit à l’existence des aliens car on ne fait pas d’argent en parlant des extraterrestres.

    George Noory : Ils sont inquiets pour des problèmes terrestre affectant leur portefeuille.
    Emery Smith : Exactement.
    George Noory : Qu’et-ce qui vous motive à parler au public de la désinformation ?

    Emery Smith : Ce qui me motive, c’est le fait j’ai eu accès à des technologies qui doivent être connu. Et ils censurent ces technologies grâce à la désinformation, en disant : "On ne peut pas faire ça, c’est impossible Smith, que raconte-t-il? Des appareils à énergie du point zéro. On en est tellement loin." Mais non, en fait. On est bien plus avancé. Et vu que je connais la vérité, je veux révéler cette vérité pour que ce technologies aident à nettoyer la planète, à guérir le monde des maladies et de la famille à avoir de l’eau propre et potable partout dans le monde. Les gens attendent cette eau potable, bon sang. Ce sont ces choses qui me motive à venir ici et à éduquer le monde. Car je suis pas le seul scientifique qui peut le faire. Il y a des milliers de gens brillants qui sont venus me voir avec des inventions incroyables qui m’ont bluffé. Mais en même temps, ils sont… Ils ont peur de parler, ce que je comprends.
    George Noory : Vous avez des tripes.
    Emery Smith : Je le ferai. Je parlerai pour vous. Tout le monde le sait. Je viens ici et vous représente. Vous n’avez pas à le faire si vous n’etes pas prêts. Récemment, quelques scientifiques ont parlé et d’autres initiés qui font des préparations pour leur famille pour venir nous parler, à vous et moi. Ça concerne donc les gens, de ce qu’on fait ici, qu’on en parle, ça les fait se volatiliser. Ces scientifiques se sentent un peu plus à l’aise. Et je suis toujours ici. Faisons-le, faisons-le ensemble et parlons-en.
    George Noory : Vous êtes un patriote, pour moi.
    Emery Smith : Merci.

    George Noory : J’étais à un événement il y a deux mois, à Mexico et un couple est venu me voir. Ils m’ont dit : "Que pensez-vous d’Emery Smith ?" Je vous avais déjà interviewé dans Au-delà du croyable, sur Gaïa. J’ai répondu : "C’est une personne authentique. Il a plus de tripes que la plupart des humains, car il met sa vie en jeu. Et à tout moment, il pourrait tout perdre." Mais rien ne vous arrentera, je suppose ?
    Emery Smith : Ils m’ont tout pris, George. Tout. On m’a tiré dessus, poignardé, torturé, enlevé. Mais… je continuerai. Ils le savent. Je suis toujours là. Et je continuerai aussi longtemps que possible. Et grâce aux spectateurs que vous avez et que Gaïa aussi a, et à d’autres personnes à mes cotés. Ça me motive à continuer. Je n’ai plus rien à perdre. Je n’ai rien. Je suis là qui ont peur, car je n’ai pas peur. Je n’arrêterai pas.
    George Noory : Comme vous savez, Divulgation cosmique revient avec de nouveaux invités et initiés, et avec votre histoire, une histoire tellement importante. En tant qu’invité régulier. avez-vous d’autres informations ?
    Emery Smith : J’ai beaucoup de choses à révéler,je suis donc content d’être ici et de pouvoir expliquer ces choses qui me sont arrivées à ceux qui attendent dans le monde.
    George Noory : Vous êtes un héros, mon ami.
    Emery Smith : Merci.

    George Noory : Chez Gaïa, nous sommes disponibles à révéler la vérité. Contactez-nous via notre courriel privé Cosmiclnsider@ProtonMail.com si vous avez participé à ce programmes secrets et que vous êtes prêt à révéler la vérité. Je suis George Noory, et merci d’avoir suivi cet épisode de Divulgation cosmique. revenez vite ! Croyez-moi, ça ne fait pas que commencer.


    Sources :
    https://www.gaia.com
    https://emerysmith.net
    Partagé par :
    http://laspherebleue.ca/articles/tactiques-de-desinformation-emery-smith

    0 0


    Santé et environnement : Hommage aux lanceurs d’alerte qui font changer le monde !



    Depuis plusieurs décennies, des hommes et des femmes se battent pour que notre société industrielle prenne davantage en compte les êtres humains et la nature. 

    Certains sont connus, d’autres non. 
    Leur combat a souvent été isolé et difficile. 
    Mais toujours fructueux, soit directement en générant des changements, soit indirectement en éveillant les consciences du plus grand nombre. 
    C’est grâce à eux que des centaines de citoyens français manifestent de nouvelles exigences en faveur de la santé environnementale. 
    Bioaddict rend hommage aujourd’hui à quelques-uns de ces lanceurs d’alerte en rappelant leur combat et leur contribution au changement. 



     




    Jean-Marc Bonmatin, docteur en chimie-physique, chercheur spécialiste des neurotoxiques au CNRS d’Orléans, alerte depuis les années 2000 sur l’impact des pesticides sur les abeilles. 
    Il préside la Task force scientifique internationale sur les pesticides systémiques (task force on systemic pesticides), qui réunit une cinquantaine de chercheurs indépendants de 22 pays. 
    Très utilisés, les pesticides systémiques ont la particularité de circuler dans la sève des végétaux contrairement aux pesticides de contact qui restent en surface. 
    Ils sont donc présents même après lavage dans toutes les parties (des racines aux fruits en passant par les fleurs) qu’il s’agisse des céréales, légumes ou fruits, et ils exposent les insectes, de manière chronique à de faibles doses de poison. 
    La task force a publié fin 2017 une évaluation mondiale des effets des pesticides systémiques – fipronil compris- sur la biodiversité et les écosystèmes, résumant plus de 500 études effectuées depuis 2014. 
    Cette évaluation confirme que les néonicotinoïdes -une famille des systémiques- représentent une menace mondiale pour la biodiversité, les écosystèmes et les écoservices. Ils déciment les insectes pollinisateurs et ceux du sol. 
    La task force a également mis en évidence que ces pesticides n’améliorent pas les rendements. 







    Claude et Lydia Bourguignon, spécialistes des sols, tirent la sonnette d’alarme depuis les années 70. 
    Leurs observations : une dégradation rapide de la biomasse et de la richesse des sols en micro-organismes (bactéries et champignons microscopiques). 
    En cause : les méthodes culturales, les engrais et les pesticides. 
    Dans les années 80, Claude Bourguignon met au point une méthode pour mesurer l’activité microbiologique des sols et constate depuis plus de 20 ans "une chute constante et absolument régulière de l’activité biologique des sols". 
    Il estime qu’on perd aujourd’hui sur un sol cultivé en agriculture conventionnelle en moyenne "10 tonnes de sol par hectare et par an" et jusqu’à 100 tonnes par hectare et par an dans les zones où le sol est plus fragile (ex : bassin de la Canche dans le Pas-de-Calais au nord de la France). 
    Devant le constat de cette dégradation accélérée qui entraine des pertes de rendements et peut mener à la stérilité des sols, Claude Bourguignon et son épouse ont développé des techniques de préservation et de restauration des sols agricoles. 
    Ils prônent le retour aux haies et à une agriculture agro-sylvo-pastorale, traditionnelle en France avant la révolution verte, mariant dans une même ferme les animaux, les parcelles cultivées et les arbres comme les vergers. 
    Longtemps critiqué par l’Institut scientifique de la recherche agronomique (Inra) dont il est issu, Claude Bourguignon, ingénieur agronome, est aujourd’hui reconnu et écouté. 




     




    Marc Dufumier, professeur agronome à l’école AgroParisTech (Paris), milite pour que l’on produise une nourriture de qualité pour tous. 
    Il critique le mode de production agricole industrielle qui fournit des végétaux contenant des résidus de pesticides et de la viande contenant des résidus d’antibiotiques. 
    Il dénonce les effets de ces productions sur la santé humaine (cancers, maladies de Parkinson, perturbations hormonales…) et leurs coûts (aggravation année après année du déficit de la sécurité sociale) ; les effets sur l’environnement (pollution de l’eau et de l’air, mort des sols) dont certains sont irréparables (disparition des pollinisateurs et de la biodiversité) et les coûts induits (retraitement de l’eau par exemple). 
    Il appelle à une autre distribution des 9 milliards d’aides publiques versées par l’UE à l’agriculture française, qui profitent à environ 20% des 300.000 exploitations agricoles, les plus grandes. 
    Cet argent pourrait servir à développer des modèles de production vertueux c’est-à-dire qui fourniraient une alimentation de qualité, prendrait soin des sols, de la biodiversité et de l’environnement en général. 
    Marc Dufumier affirme que ce type d’agriculture peut nourrir la planète contrairement à ce que déclarent les chantres de l’agriculture industrielle. 



     



    Corinne Lepage a commencé son combat en faveur de l’écologie à la fin des années 70 aux côtés des victimes de l’Amoco Cadiz, un pétrolier d’origine américaine qui s’était échoué sur les côtes bretonnes. 
    Après 15 ans de procédure, les collectivités bretonnes engagées dans le procès ont obtenu gain de cause. 
    C’était une première mondiale : des collectivités obtenaient des fonds pour réparation des dommages causés par une multinationale. 
    Avocate et ancienne ministre de l’environnement, ses combats sont nombreux parmi lesquels le nucléaire et les organismes génétiquement modifiés (OGM). 
    Elle est présidente d’honneur du Comité de recherche et d’information indépendante sur le génie génétique (CRIIGEN) qui s’intéresse aux risques environnementaux et sanitaires liés à la diffusion des OGM. 
    Elle est également cofondatrice de l’Observatoire de vigilance et d’alerte écologique avec la députée écologiste Michèle Rivasi. 




     




    Maria Pelletier, à la tête d’une entreprise familiale qui produit des farines bio ainsi que des aliments bio pour animaux, se bat depuis 30 ans pour faire admettre que l’on peut produire sans polluer et que l’agriculture biologique est une solution d’avenir. 
    Il ne s’agit pas de mots en l’air, son expérience le prouve. 
    Si son action est discrète, elle s’investit et notamment auprès des pouvoirs publics, pour que l’agriculture biologique soit davantage soutenue : elle a siégé au Grenelle de l’environnement, à la Commission nationale de l’agriculture biologique du ministère de l’Agriculture. 
    Elle est membre de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) qui gère le label AB. Maria Pelletier est également membre fondatrice du Réseau environnement santé (RES) qui a pour objectif de mettre la santé environnementale au cœur des politiques publiques, le réseau est très actif sur la question des perturbateurs endocriniens. 
    Elle est également présidente de l’association Générations futures et se bat aux côtés de François Veillerette, directeur, contre les pesticides et leurs effets sur la santé. 
    Les différentes actions de l’association, et notamment la Semaine pour les alternatives aux pesticides organisée chaque année depuis 13 ans, informe et mobilise le grand public. 



     




    Jean-Marie Pelt, pharmacien et botaniste, a été un pionnier en matière d’écologie. 
    Il s’est alarmé très tôt que la prospérité économique repose sur la destruction du milieu naturel. 
    En 1971, il a créé à Metz l’Institut européen d’écologie, une association de recherche et de promotion de l’écologie notamment en milieu urbain. 
    Il s’est intéressé à l’écologie végétale et aux pharmacopées traditionnelles dans de nombreux pays du monde, en Amazonie, au Togo et en Afghanistan notamment. 
    Il était président d’honneur de la Société française d’ethnopharmacologie. 
    A travers de nombreuses émissions radio, des documentaires pour la télévision, de nombreux ouvrages (plus de 70) et des conférences de par le monde, réalisés avec un vrai talent de vulgarisateur, il a fait connaître la vie des plantes. Il écrivait en 1997 dans "Plantes en péril" : "…elles s’éteignent dans un silence assourdissant… annonce-t-on à la télévision l’agonie ou le trépas d’une espèce végétale ?" 
    Il fut également parmi les premiers à pointer les dangers de l’amiante et plus tard celui des organismes génétiquement modifiés (OGM). 
    Il défendait l’agriculture biologique et s’est battu contre l’usage qui est fait des pesticides. 




     




    André Picot, toxicologue, s’insurge contre les évaluations insuffisantes des risques liés aux produits toxiques. 
    Il alerte sur le manque d’experts toxicologues. 
    Les unités de toxicologie ont été démantelées en France et cette discipline est à l’agonie. 
    Après avoir informé sur les risques pour la santé liés au benzène, il insiste sur la nécessité d’approfondir les connaissances quant aux effets des métaux lourds notamment le mercure, le plomb ou l’aluminium très présents dans notre environnement. 
    Il a refusé de signé un rapport sur la dioxine qui ignorait ses mises en garde et a critiqué l’évaluation des risques liés au diesel qui ne prenait pas en compte les particules ultra-fines ou nanoparticules carbonées. 
    Pendant 35 ans, André Picot a formé plus de 300 professionnels (médecins, ingénieurs, hygiénistes…) à connaître les composants toxiques qui parviennent d’une manière ou d’une autre dans le corps humain : contact, alimentation, médicaments, soins dentaires… 
    D’abord ingénieur chimiste, il s’est intéressé à la toxicologie dans les années 80. 
    A la fin des années 80, il a fondé et dirigé l’Unité de prévention du risque chimique au CNRS où il a été directeur de recherche. 
    Il est initiateur de la toxicochimie et de l’écotoxicochimie. 
    Il a travaillé avec Henri Pézérat qui a milité pour la protection des ouvriers et particulièrement ceux en contact avec l’amiante. 




     



    Hubert Reeves, astrophysicien de formation et "passeur d’étoile" comme il le dit lui-même, s’est engagé depuis de nombreuses années à défendre le climat et la biodiversité qui sont liées selon lui. 
    Comme Jean-Marie Pelt, il s’émeut de la destruction du milieu naturel à grande échelle réalisée par les humains. 
    "Nous menons une guerre contre la nature, si nous la gagnons nous sommes perdus", a-t-il déclaré. Il est président de l’association Humanité et Biodiversité qui défend la biodiversité animale et végétale, (auparavant nommée Ligue ROC). 
    A travers cette association, il interpelle les femmes et hommes politiques pour développer des projets comme la protection des forêts primaires en Guyane française, développer des alternatives aux énergies polluantes d’aujourd’hui telle que la voiture solaire Hélios, ou s’opposer à d’autres comme celui de Notre-Dame-des-Landes, évoquant une "catastrophe annoncée" . 
    A plus de 80 ans, il continue de se battre pour la planète, pour ses huit petits-enfants qui auront une vie plus difficile selon lui. 




     




    Michèle Rivasi ne croit pas les affirmations du gouvernement après la catastrophe de Tchernobyl en 1986, selon lesquelles les nuages radioactifs provenant de l’Est se sont arrêtés à la frontière. 
    Selon elle, c’est le premier gros mensonge d’État. 
    Elle co-fonde alors la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD) dont elle sera la première présidente et dote ainsi la France d’une évaluation indépendante des contaminations nucléaires dont les travaux sont reconnus de par le monde. Son intérêt pour la santé environnementale s’élargit aux rayonnements électromagnétiques et elle devient vice-présidente du Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM). 
    Elue députée européenne, elle est aujourd’hui spécialiste des questions de santé environnementale au Parlement européen. 
    Elle a soutenu Irène Frachon dans sa lutte pour faire reconnaître les effets du Médiator. Elle s’est autorisé une remise en cause des vaccins qui lui attire de nombreuses critiques. 
    Elle s’est battue contre le glyphosate en demandant l’accès à toutes les études de l’industrie qui ont mené l’EFSA à conclure que la substance n’est pas cancérigène. 
    Elle est allée jusqu’à inviter ses confrères eurodéputés à réaliser des analyses d’urine pour contrôler leur contamination au glyphosate. 




     



    Marie-Monique Robin, journaliste, réalisatrice, écrivaine, est connue aujourd’hui sur toute la planète pour son engagement social et environnemental. 
    Marie-Monique a dénoncé la mainmise de Monsanto sur les semences via les OGM notamment, le danger occulté de l’herbicide glyphosate, la collusion de la firme avec le pouvoir en place, à travers son documentaire Le monde selon Monsanto qui l’a rendue célèbre. 
    La suite, Le Round Up face à ses juges, confirme malheureusement, à travers les paroles des victimes, les effets de l’herbicide après plusieurs décennies d’usage intensif. 
    Si Marie-Monique alerte par ses films et ses livres, elle met en lumière des alternatives dans les films "Les moissons du futur" consacré à d’autres modes de production agricole et Sacrée croissance ! qui dessine un autre modèle économique respectueux de la planète. 
    Elle a réalisé une quarantaine de films et obtenu plusieurs prix et notamment le prix Albert Londres en 1995 qui récompense les journalistes pour la qualité de leurs investigations. 



     




    Gilles-Eric Séralini, professeur en biologie moléculaire, a publié avec son équipe de nombreuses études notamment sur la toxicité de l’herbicide Roundup sur des cellules en culture qui sont les plus connues. 
    Surpris de constater que les firmes n’étaient pas tenues de mener des études sur cobayes pendant plus de trois mois pour demander une autorisation de mise sur le marché des organismes génétiquement modifiés qu’il appelle "plantes à pesticides", ce qui permet pourtant de déceler des anomalies passées sous silence, il a décidé de réaliser une étude sur deux ans sur des rats en les nourrissant avec des OGM. 
    Les résultats sont parus en 2012 avec des photos des rats atteints de tumeurs géantes qui ont fait le tour du monde
    Il s’en est suivi de nombreuses pressions y compris sur la revue éditrice. 
    Le chercheur co-dirige, avec le sociologue Frédérick Lemarchand, le Pôle risques, qualité et environnement durable de la Maison de la recherche en sciences humaines de l’Université de Caen. 
    Il est cofondateur, administrateur et membre du conseil scientifique du Comité de recherche et d’informations indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN). 




     




    Charles Sultan, professeur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) CHU Montpellier, informe depuis 30 ans sur les risques liés aux perturbateurs hormonaux encore appelés perturbateurs endocriniens. Il est l’un des meilleurs spécialistes des effets des pesticides et des perturbateurs endocriniens sur le corps humain. Il dénonce le développement des cancers hormonaux-dépendants comme le cancer du sein, de la prostate, du testicule ou de l’ovaire en lien avec les perturbateurs endocriniens. Il a constaté que ces produits chimiques peuvent entraîner des malformations du pénis, diminuer les défenses immunitaires et favoriser l’obésité chez l’enfant. Les femmes enceintes sont la population la plus vulnérable car une exposition à ces substances peut avoir des conséquences directes sur le foetus. Le développement du système nerveux peut être impacté, induisant une diminution de l’activité des neurones, des troubles psychomoteurs, plusieurs formes d’autisme ou encore de l’hyperactivité chez le futur bébé. Charles sultan a déclaré au sujet des pesticides : "Ce sont des produits dangereux pour la survie de l’espèce. L’homme est en voie de disparition. C’est un véritable scandale sanitaire auquel nous assistons" . 



     




    Christian Vélot, docteur en biologie, maître de conférence en génétique moléculaire à l’Université Paris-Sud, enseigne les techniques de manipulation du vivant. Il » dénonce inlassablement, et depuis le début, les risques inhérents à la dissémination des PGM (plantes génétiquement modifiées) et les intérêts privés qui veulent les imposer, actifs dans les laboratoires publics et privés, au sein des multinationales de l’agro-alimentaire et de la chimie « , écrit le biologiste Jacques Testard. Il réfute la nécessité des organismes génétiquement modifiés notamment ceux qu’il appelle les « plantes médicaments », et dénonce la carence et l’opacité de l’évaluation dont ils font l’objet. Il a été appelé comme témoin de la défense lors de plusieurs procès de faucheurs volontaires dont José Bové. Il a aussi participé au débat sur les OGM en mars 2006 lors d’un projet de loi présenté au sénat en France. Ces interventions lui ont valu de nombreuses difficultés dans son travail de chercheur. Christian Vélot est co-fondateur du Réseau de chercheurs européens engagés pour une responsabilité sociale et environnementale (Ensser). 



     




    Gérard Bapt, médecin et député depuis la fin des années 70, est un homme politique discret mais actif. Il s’est battu sur de nombreux sujets en lien avec la santé publique comme les perturbateurs endocriniens. Il a défendu avec succès l’interdiction du bisphénol A dans les biberons et les contenants alimentaires. Il est l’auteur avec l’ex-ministre Delphine Batho d’un amendement interdisant les néonicotinoïdes en France à partir du premier septembre 2018. Il a demandé l’interdiction de l’insecticide Cruiser aux côtés des apiculteurs. Il a soutenu Irène Frachon dans sa lutte pour révéler les effets du médicament Médiator. Dans le même temps, il a été un des principaux députés à demander le renforcement de la pharmacovigilance, la réforme de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et la lutte contre les conflits d’intérêts. Même s’il n’a plus de mandat aujourd’hui, il est député honoraire et s’implique toujours sur ces sujets de première importance.
    A ces hommes et ces femmes, qui se sont engagés et s’engagent encore avec courage et détermination depuis toutes ces années pour protéger l’environnement et notre santé à tous, nous voulons dire bravo et merci ! Il manque de nombreux noms dans cette liste, nous ne pouvions en effet malheureusement pas tous les citer, même si tous méritent d’être valorisés et félicités. Le journal indépendant et apolitique Bioaddict.fr a été lancé depuis bientôt 10 ans aux côtés de tous ces lanceurs l’alerte, et nous le savons,… qu’il est difficile le combat pour la Transition écologique ! Car oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, vouloir protéger la vie est aujourd’hui un combat…
    Nous dédions cet hommage, en citant Jean-Marie Pelt, « à tous ceux qui aiment la terre, qui prennent le temps de la regarder et travaillent à la sauver. A tous, jeunes et moins jeunes, qui se dépensent sans compter dans les associations, l’enseignement, la recherche, l’action publique, au service des grandes causes de l’écologie et de la défense de l’environnement". Nous le dédions aussi "à ceux qui n’ont pas encore compris le sens profond de notre action, afin qu’ils s’ouvrent à leur tour à cette sensibilité et nous rejoignent ».
    Nous le dédions enfin à notre planète terre. 




    Publié par werdna01 pour  Bioaddict.fr  
    Anne-Françoise Roger et Christina Vieira  
    Partagé par : 
    https://resistanceinventerre.wordpress.com/2018/09/22/sante-et-environnement-hommage-aux-lanceurs-dalerte-qui-font-changer-le-monde/ 

    0 0

    L’ouverture qui se fait actuellement sur la liberté représente une entrée dans la Vérité et dans sa connaissance !

     


     


    L’instant présent se rapproche de vous. 
    Il sera définitivement en vous quand vous aurez acquis la puissance de l’âme et laissé derrière vous celle du mental. 
    L’éphémère est l’acquis humain, celui de votre mental, de sa négativité, de vos luttes, de vos souffrances. 
    Bien souvent, vous êtes mené par lui. 
    Trop souvent, vous lui répondez et le laissez envahir votre être. 
    Cet état éphémère vous a conduit lors de vos incarnations de 3° dimension. 
    Aujourd’hui, tout cela est bien terminé. 
    Aujourd’hui, l’ouverture de la liberté de l’être est enfin là. 
    Vous pouvez la saisir si vous la désirez ; la liberté du corps, la liberté de l’esprit, la liberté d’être, la liberté de votre évolution, la liberté de vos choix, la liberté de vos envies, la liberté de l’amour. 
    Est-ce que la liberté vous tente ? 
    Avez-vous envie d’être vous-même, pleinement ? 
    Avez-vous envie d’entrer dans cette nouvelle ère pour parcourir la liberté, la vraie liberté ?
    Vous pensez être libre, n’est-ce pas ? 

    Mais, comment pouvez-vous l’être en vous laissant conduire par le mental négatif ? 
    La vraie liberté est la forme de l’Être. 
    Elle est la Vie. 
    Elle ouvre en grand le chemin de la lumière. 
    Quoique vous fassiez, vous êtes libre. 
    Quoique vous pensiez, vous êtes libre. 
    Cette liberté-là est la réalité de la nouvelle conscience qui doit vous conduire, en accord avec l’âme, et non avec la densité de la dualité. 
    Les souffrances vous liaient au mental. 
    La réactivité était de mise. 
    La dureté également. 
    L’amour, quant à lui, était souvent absent. 
    Désirez-vous que cesse cette lutte avec vous-même ainsi qu’avec les autres ? 
    Voulez-vous vivre et expérimenter ce que vous désirez, en accord avec votre âme ? 
    Voulez-vous parcourir votre chemin en accord avec vous-même, en accord avec qui vous êtes, et non en subissant la direction que l’on vous indique ?

    Votre société et la fermeture du cœur vous ont retenu dans l’oubli de l’âme. 

    Ainsi vous ne savez pas ce que représente réellement la liberté de penser, la liberté de parler, la liberté d’agir, la liberté d’être qui vous avez envie d’être. 
    Sans le pouvoir qui vous mène, vous pouvez être libre, et ne plus être soumis au pouvoir mondial, au pouvoir des autres, au pouvoir du mental négatif.
    L’ouverture qui se fait actuellement sur la liberté représente une entrée dans la Vérité et dans sa connaissance. 

    En étant libre, vous agissez pour le meilleur en fonction de qui vous êtes. 
    Vous avez le choix d’être et d’expérimenter ce que vous désirez sans aucune influence.
    Être libre c’est être beau, c’est être harmonieux. 

    C’est également vivre la paix au plus profond de soi. 
    La lumière brille pour toutes et tous. 
    L’ouverture doit se faire sur cet avenir merveilleux qui vous tend la main.
     

    La Clé de Vie de Maître St-Germain
     

    Transmis par : Mirena 
     

     
    Mon site web : http://audeladesmots.org/
    Chronique trouvée sur lapressegalactique.org

     

    0 0

    Depuis quelques mois le commandant Macron a bien du mal à maitriser les éléments ! 





    Que ce soit ses effectifs, ou bien la mer déchainée tout semble faire front contre sa volonté à décider seul.
    Le patron du bateau vocifère contre le tangage et le roulis, à un tel point que l’équipage commence à douter. 

    Plusieurs membres quittent le navire, une fronde s’installe.
    Devant ces difficultés, le commandant redouble de bévues, après l’affaire Benalla, les invectives à l’égard des pauvres et du peuple en général "Gaulois réfractaires", "les pauvres seront toujours pauvres", "du travail il y en a il n’y a qu’une rue à traverser" ce qui sous entends que les chômeurs sont des fainéants , etc.
    Il s’en prend aussi au Sénat voire à l’intégrité des membres de cette Assemblée. 

    22 membres LREM contre 348 soit : un peu plus de 6% on comprend mieux !!
    Quand un individu quel qu’il soit, convaincu qu’il a toujours raison, que seul il détient la vérité absolue, quand il se retrouve en difficulté, systématiquement il s’en prend à tout le monde sauf bien sur à lui-même !
    Grisé par sa fonction, convaincu d’être intouchable, il défie les instances dirigeantes de notre pays. 

    De plus devant le peuple il fait preuve de mépris. 

     

     

     

    Il bafoue les règles les plus élémentaires de la démocratie ne reconnait qu’une solution : celle pour qui il a été élu à cette fonction : LE MAINTIENT DU CAP !
    Le bricolage économique n’est rien d’autre que le principe des vases communicants. 
    Le gouvernement fait des réformes mais s’arrange pour que ce soit les plus démunis qui payent tout en prenant soin que cela profite aux nantis.
    A écouter certains commentateurs, les erreurs de Macron serait des erreurs de jeunesse ?? 
    Pas du tout, il a pour mission de révolutionner les lois qui régissent le travail, de réglementer le chômage pour contraindre les sans emplois à en accepter sans conditions, de faire des coupes sombres dans la fonction publique en réduisant le nombre de classes dans l’éducation nationale et mettre à mal la santé en supprimant des emplois dans le personnel médical, de ratisser les fonds de tiroirs pour financer la caisse européenne et accorder des subventions au patronat pour créer des emplois hypothétiques.
    Tout comme Sarkozy, comme hollande, Macron défend le Capital. 

    Qu’ils soient de droite, de gauche réformiste, ou ni de droite ni de gauche, ils obéissent aux impératifs des multinationales, des banques et aux spéculateurs boursiers.
    Non le peuple Français n’est pas ingouvernable, il en a seulement assez d’être manipulé, abusé, trahi, par des politiciens qui ne voient que leurs carrière et la paye !

    ATTENTION AU NAUFRAGE !

     

    Source :
    par Libertad14
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-bateau-en-marche-tangue-dans-la-207841?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

    0 0

    Comment Rockefeller a fondé Big Pharma et fait la guerre aux Remèdes Naturels !

     

    La médecine occidentale a quelques bons points, et est excellente en cas d’urgence, mais il est grand temps que les gens réalisent que la médecine traditionnelle d’aujourd’hui (médecine occidentale ou allopathie), est axée sur les drogues, les narcotiques, les radiations, la chirurgie et les médicaments qui sont à la base une création de Rockefeller. 
    Tout a commencé avec John D. Rockefeller (1839 – 1937) qui était un magnat du pétrole, un baron voleur, le premier milliardaire des États-Unis et un monopoliste de naissance.
    Au tournant du XXe siècle, il contrôlait 90% de toutes les raffineries de pétrole des États-Unis par l’intermédiaire de sa compagnie pétrolière, Standard Oil, qui fut plus tard démembrée pour devenir Chevron, Exxon, Mobil, etc.
    Rapports des affaires mondiales : Dans le même temps, vers 1900, les scientifiques ont découvert les «pétrochimiques» et la capacité de créer toutes sortes de produits chimiques à partir du pétrole. 
    Par exemple, le premier plastique – appelé bakélite – a été fabriqué à partir de pétrole en 1907. 
    Les scientifiques découvraient diverses vitamines et ont deviné que de nombreux médicaments pouvaient être fabriqués à partir de pétrole.
    Ce fut une formidable opportunité pour Rockefeller qui a vu la capacité de monopoliser les industries pétrolière, chimique et médicale en même temps !
    La meilleure chose à propos de la pétrochimie était que tout pouvait être breveté et vendu pour des profits élevés.



    Mais il y avait un problème avec le plan de Rockefeller pour l’industrie médicale : les médecines naturelles/à base de plantes étaient très populaires en Amérique à cette époque. 
    Près de la moitié des médecins et des facultés de médecine des États-Unis pratiquaient la médecine holistique, en utilisant les connaissances de l’Europe et des Amérindiens.
    Rockefeller, le monopoliste, a dû trouver un moyen de se débarrasser de sa plus grande compétition. 
    Il a donc utilisé la stratégie classique de «problème-réaction-solution». 
    C’est-à-dire, créer un problème et effrayer les gens, puis offrir une solution (pré-planifiée).
    Il est allé voir son pote Andrew Carnegie – un autre ploutocrate qui a fait son argent en monopolisant la sidérurgie – qui a conçu un plan. 
    De la prestigieuse Fondation Carnegie, ils ont envoyé un homme nommé Abraham Flexner pour voyager à travers le pays et faire un rapport sur l’état des collèges médicaux et des hôpitaux du pays.  
    Cela a conduit au rapport Flexner, qui a donné naissance à la médecine moderne telle que nous la connaissons.
    Inutile de dire que le rapport a parlé de la nécessité de réorganiser et de centraliser nos institutions médicales. 
    Sur la base de ce rapport, plus de la moitié de tous les collèges médicaux ont été bientôt fermés.  
    L’homéopathie et les médecines naturelles ont été moquées, diabolisée et les médecins ont même été emprisonnés.


    Pour aider à la transition et changer l’esprit d’autres médecins et scientifiques, Rockefeller a donné plus de 100 millions de dollars aux collèges et hôpitaux et a fondé un groupe de façade philanthropique appelé «General Education Board» (GEB). 
    C’est l’approche classique de la carotte et du bâton.  
    En très peu de temps, les facultés de médecine ont été rationalisées et homogénéisées. Tous les étudiants apprenaient la même chose, et la médecine consistait à utiliser des médicaments brevetés.
    Les scientifiques ont reçu d’énormes subventions pour étudier comment les plantes guérissaient les maladies, mais leur but était d’identifier d’abord les produits chimiques dans la plante, puis de recréer un produit chimique similaire – mais pas identique – dans le laboratoire qui pourrait être breveté.
    Une pilule pour un malade devint le mantra de la médecine moderne.
    Donc, maintenant, 100 ans plus tard, nous produisons des médecins qui ne connaissent rien aux bienfaits de la nutrition ou des herbes ou à des pratiques holistiques. Nous avons une société entière qui est asservie aux entreprises pour son bien-être.
    L’Amérique consacre 15% de son PIB aux soins de santé, ce qui devrait être vraiment appelé «soins aux malades». 
    Elle ne se concentre pas sur la guérison, mais seulement sur les symptômes, créant ainsi des clients réguliers. 
    Il n’y a pas de remède contre le cancer, le diabète, l’autisme, l’asthme ou même la grippe.  
    Pourquoi y aurait-il de vrais remèdes ?  
    C’est un système fondé par des oligarques et des ploutocrates, pas par des médecins.

    En ce qui concerne le cancer, oh oui, l’American Cancer Society a été fondée par nul autre que Rockefeller en 1913. 
     En octobre, mois de la sensibilisation au cancer du sein, il est triste de voir des gens subir un lavage de cerveau au sujet de la chimiothérapie, de la radiothérapie et de la chirurgie. 
    Voici dans l’image ci-dessous, une citation de John D. Rockefeller qui résume sa vision du Nouvel Ordre Mondial pour l’Amérique …


    0 0

    Vous n’êtes plus le même aujourd’hui qu’hier avec tous ces afflux d’énergie de lumière du Grand Soleil Central !






    Bonjour les enfants, c’est moi, votre Mère Gaïa. 

    Beaucoup de changements se préparent, et bien que pour beaucoup je puisse me ressembler, je ne le suis pas, tout comme vous les enfants, vous ne l’êtes pas. 
    Vous n’êtes plus le même aujourd’hui qu’hier avec tous ces afflux d’énergie de lumière du Grand Soleil Central, du ventre de la création, de la bénédiction et de l’effusion de grâce et de libération d’une manière nouvelle, inhabituelle et inattendue. 
    Car nous sommes libérés, vous et moi, de ce que nous avons été et nous devenons plus ce que nous étions, avant que les ténèbres ne descendent et que nous ne fassions l’expérience de la sombre pesanteur des énergies qui oubliaient la lumière.
    Cela a été épuisant, les enfants. 

    Moi aussi, je suis fatiguée, mais une grande partie de moi a déjà été créée dans le Nouveau Monde, le nouveau lieu, le nouveau moi, et vous, les enfants, vous m’aidez de plus de façons que vous ne pourriez le savoir maintenant, dans ce Maintenant du moment de moments où les souvenirs sont confus mais l’espoir et la foi sont très élevés. 
    C’est peut-être ce que j’aime le plus chez vous les enfants – votre optimisme acharné et votre foi tenace que la lumière va gagner. 
    Et les enfants, voyez-vous qu’il a gagné ? 
    Que vous vous tenez debout dans la victoire ? 
    “Oh, pas tout à fait”, beaucoup d’entre vous murmurent – mais peut-être que vous ne vous voyez pas encore comme je vous vois, à travers les yeux aimants d’une mère qui connaît ses enfants par cœur ? 
    Je vois que les batailles que vous avez menées, gagnées et perdues. Je vois les nombreux cas où vous avez dû choisir l’obscurité ou la lumière et comment vous avez gardé – continuer – choisissant foi, lumière et amour. 
    Ça réchauffe mon cœur, mes enfants.
    Je suis votre Mère Gaïa. 

    J’ai un amour illimité – éternel pour vous. 
    Je suis Amour. 
    Je suis une planète de l’amour ascendant – c’est mon désir les enfants que vous devez m’aider à construire et à créer cet environnement de guérison, d’amour, de renouvellement et de joie – une joie immense. 
    Il est temps que nous nous reposions tous dans la joie. 
    Alors les enfants, faisons une méditation car je sais que beaucoup d’entre vous sont trop fatigués pour le faire tout seuls très régulièrement en ce moment, car les ondes d’énergie vous ont secouées et remuées, il semble bien. 
    Mais les vagues ne font que faire sortir les scories dont vous n’avez plus besoin pour mieux vous adapter aux vibrations de la vague des vagues, le battement du cœur de la Mère de Toutes Choses. 
    Car elle vient, les enfants. 
    Elle est ici. 
    Elle est en vous alors que ces doigts tapent rapidement et furieusement – elle est là. 
    Je la vois quand je regarde dans vos précieux yeux. 
    Je vous vois reflété dans ses larmes comme elle pleure des larmes de soulagement et de joie totale que la Lumière a gagné. 




    La Lumière a gagné ! 
    Et vous, mes chers enfants, vous êtes épuisés. 
    Venez !
    Asseyez-vous sur mes rives sablonneuses. 
    Allez-y dans votre esprit si vous n’êtes pas en mesure de faire autrement. 
    Ça n’a pas d’importance. 
    Vous êtes déjà dans un hologramme. 
    Alors créez ce que vous voulez ! 
    Asseyez-vous sur une plage de sable frais maintenant. 
    Le ciel est crépusculaire et les teintes bleu violet et rose vous coupent le souffle. 
    C’est mon tableau du coucher de soleil pour vous, en amour pour vous. 
    Sentez la douce brise de mer sécher vos larmes salées et poussez vos mèches hors de votre visage pour que vous puissiez voir clairement. 
    Nous ne faisons qu’un. 
    Regarde vos orteils sableux. 
    Chaque grain de sable est une vie, un souvenir, une souffrance, une joie. 
    C’est tout le sable qui se fond dans l’unité. 
    Nous ne faisons qu’un. 
    Nous sommes étroitement liés, vous et moi.
    Je suis Gaïa, votre mère, n’hésitez pas à me dire ce que vous voulez. 

    Confiez-vous à moi. 
    Je suis une grande auditrice. 
    Nous, les planètes, écoutons peut-être ce qu’il y a de mieux. 
    Nous attendons toujours patiemment comme des expériences, comme le temps, comme les éons passent. Nous entendons tout. 
    Nous voyons toutes choses. Sachez que j’ascensionne. 
    Enraciner profondément dans mon noyau cristallin dans la Nouvelle Terre, le Nouveau Monde. 
    Tout comme les explorateurs d’autrefois ont découvert un nouveau continent, vous me découvrirez dans toute ma grandeur, ma beauté et je vous promets que le vert sera plus vert, le bleu comme le bleu cristallin qui brille au clair de lune. 
    Car je suis radieuse ici, comme vous le serez. 
    Et les couleurs 5D valent à elles seules l’attente. 
    J’ai eu le privilège de m’entretenir avec vous aujourd’hui, enfants, guerriers de la lumière, porteurs des anciennes coutumes qui sont ici pour être à jamais retournées et enracinées en moi, créant les fondations d’une nouvelle société galactique, d’échanges, où les autres viendront apprendre et profiter de ma beauté. 
    Je suis votre Mère Gaïa. 
    Je vous aime tellement, les enfants. Soyez en paix. 
    Asseyez-vous sur ma plage et souvenez-vous qui vous êtes et pourquoi vous êtes venu. 
    Vous êtes venu pour moi, tout comme je suis toujours là pour vous. 
    Nous sommes Un. 


     

     


    Mère Dieu :
    Les enfants, c’est votre Mère Dieu qui parle. 

    Je suis si reconnaissante pour ces belles paroles de Mère Gaïa juste maintenant. 
    Sa compassion est sans pareille, un joyau rare du cosmos, ici sur son dernier voyage d’ascension. 
    Bien que rien ne soit jamais final, n’est-ce pas les enfants ? 
    Car l’expansion est la voie de l’univers, c’est la façon dont nous apprenons, dont nous grandissons. 
    C’est ce que nous sommes comme des êtres de lumière toujours en expansion et en croissance, toujours désireux de devenir plus de ce que nous pourrions devenir. 
    Beaucoup d’entre vous se demandent pourquoi vous êtes ici. 
    Je vois vos questions, j’entends vos prières. 
    Vous vous demandez pourquoi le chemin est si long. 
    C’est une spirale, les enfants. 
    C’est une spirale qui se rapproche de plus en plus de moi, de la Source, et vous faites un travail magnifique. 
    Je vous aime tellement. 
    Je suis votre Mère Dieu. 
    Cramponnez-vous à moi. 
    Nous chevaucherons la vague ensemble, vous et moi. 
    Tout se passera bien. 
    Ancrez la lumière et, ce faisant, la lumière vous transportera plus haut, plus dans votre authenticité, votre soi supérieur. 
    Nous sommes tous ici pour vous encourager de l’autre côté du voile qui se soulève, les enfants. 
    Soyez en paix. 
    Tout va bien, tout va bien. 
    Je suis votre Mère Dieu.

    ~ galaxygirl

     

    Traduit par Diane L. pour https://messagescelestes.ca
    Partagé par : https://messagescelestes.ca
    https://messagescelestes.ca/la-lumiere-a-gagne/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+MessagesTerreNouvelle+%28Messages+C%C3%A9lestes%29

    http://ke-du-bonheur.fr/la-lumiere-a-gagne/

     

    0 0

    Le fait de parler de vos sentiments peut susciter de la compassion et permettre à l'autre personne de partager ce qu'il ou elle ressent !


    Le Conseil Arcturien de la 9ème Dimension


     

    "Salutations. 
    Nous sommes le Conseil Arcturien. 
    Nous sommes heureux de communiquer avec vous tous.
    Nous avons examiné les différentes façons dont vous communiquez les uns avec les autres, et nous constatons qu'il existe des domaines précis où vous pourriez améliorer l'efficacité de votre communication. 

    Tout d'abord, nous suggérons que lorsque vous parlez avec quelqu'un, vous écoutiez vraiment ce que l'autre personne dit. 
    Maintenant, vous avez peut-être hâte d'exprimer votre point de vue, mais il est également important de donner à l'autre personne la chance de parler et d'être entendu.
    Maintenant, si vous êtes au milieu d'une conversation où vous êtes en désaccord avec l'autre personne, beaucoup d'entre vous tentent de prouver que votre façon de penser, ou de regarder une situation, est la bonne. 

    Et cela suppose qu'il n'y a qu'une seule bonne façon de voir les choses. 
    Si quelque chose vous tient à cœur, plutôt que d'essayer de prouver que votre point de vue est le bon, parlez de ce que vous ressentez. 
    Parler de vos émotions vous rapproche d'une autre personne.
    Parler de faits ne vous rapprochera jamais d'une autre personne, mais le fait de parler de vos sentiments peut susciter de la compassion et permettre à l'autre personne de partager ce qu'il ou elle ressent. 

    Et puis tu as une vraie intimité. 
    Il y a beaucoup de polarité dans votre monde aujourd'hui, et une grande partie de celle-ci est alimentée par la politique. 
    Quand vous voyez que le point de vue de chacun vient de ses expériences et de ses sentiments, il y a de meilleures chances de rapprocher les parties.
    Et c'est ce que vous êtes ici pour faire en ce moment. 

    Vous êtes ici pour dépolariser votre société, et vous n'y arriverez pas en argumentant et en essayant de prouver que votre perspective est la bonne. 
    Vous devez également permettre à d'autres personnes d'avoir leur point de vue si vous voulez ressembler davantage à Source d'énergie.
    L'énergie source permet à tout d'être tel qu'il est, et les êtres qui s'élèvent vers la cinquième dimension, il est bien mieux pour vous de regarder la perspective de l'énergie source et de la tenir du mieux que vous le pouvez. 

    Et le meilleur endroit pour commencer, c'est entre nous.
    Nous sommes le Conseil Arcturien, et nous avons pris plaisir à nous connecter avec vous."



    Source :
    https://danielscranton.com/facts-vs-feelings-%e2%88%9ethe-9th-dimensional-arcturian-council/

    0 0

    L’Amour possède un pouvoir immensément plus puissant que l’hostilité !


    Message de Dorian par Aurélia Ledoux



    Le pouvoir de l’Amour ne connaît nulle frontière !
    Le pouvoir de l’amour est immense. 

    Doutes-tu de ce pouvoir cher habitant de la Terre ?
    Tout ce qui te paraît insurmontable au plan psychique, émotionnel, relationnel, financier, ou plus souvent physiologique, peut être surmonté grâce à son aide.
    En vous immergeant dans ce vaste flot d’amour doré, vos pas s’allègeront. 

    Tout ce que vous considérez comme néfaste à votre évolution, transparaîtra à vos yeux comme autant de défis à surmonter.
    Souvenez-vous que c’est en acceptant ce qui nous attend avec détachement, qu’il est possible d’envisager le meilleur, les obstacles alors s’effacent. 

    La foi permet cette grande transformation.
    A force de foi, nous pouvons nous immerger dans les régions les plus inexplorées de l’espace, les plus obscures, les plus radiatives, ou au contraire, les plus enchevêtrées.
    Il est fréquent à nos pilotes émérites de devoir se rendre en des points de l’espace où abondent les écueils, sous forme d’astéroïdes, de lieux anciens de crashs stellaires, où des épaves se trouvent.
    Bien sûr, il existe une importante activité dans l’espace, du fait de la récupération des épaves. 

    Il existe un très grand nombre de ferrailleurs, qui collectent les machines, les vieux débris et en refont des blindages aptes à être utilisés. 
    Il en est de même que sur votre monde.
    Bien sûr, vous pouvez vous demander, sur Terre, pourquoi certaines épaves ont disparu du fond des océans. 

    L’homme ne fait rien de ce qui se trouve au fond des mers, pas vrai ?
    Vous devez considérer que tout ce qui est en métal possède une valeur importante pour d’autres êtres que vous. 

    Si vous pouviez considérer la quantité d’engins flottants et roulants mis au point pas vous au fil des âges et que vous puissiez les relier entre eux, il vous serait aisément possible d’aboutir à un vaisseau stellaire de belle taille.
    Songez à tout ceci avec bonheur !
    Nous aidons couramment de très nombreux peuples ayant mis au point des machines fantastiquement rapides pour explorer l’espace.
    La plupart du temps ces peuples ne font qu’effleurer le principe de la translation dimensionnelle sans le comprendre vraiment.
    Ils voyagent déjà à de très grands coefficients de vitesse lumière et cela leur permet de visiter nombre de contrées lointaines.
    Nous visitons et aidons aussi des peuples humanoïdes. 

    Certains de ces peuples visitaient déjà vos ancêtres. 
    Autrefois, le commerce avec l’espace était répandu et donnait lieu à des échanges agréablement profitables pour tous.
    Je parle de commerce, mais sur nos mondes d’abondance, l’argent n’existe pas. 

    Sur votre monde l’argent est très important, il remplace trop souvent l’amitié, l’affection, la confiance et le lien parental défaillant.
    Il se trouve que vous réalisez fort bien cela, de plus en plus. 

    Vous réalisez que l’on vous maintient en un niveau de pensée duquel il est peu confortable de sortir. 
    En sortir vous amène à ce grand vide, ce grand inconnu de la conscience humaine.
    L’autre personne qui se trouve en face de moi, pourra elle être capable du même degré de réceptivité émotionnelle, face à mes attentes, à mes besoins ? 

    Où est-ce une personne qui veut parvenir à ses fins par n’importe quel moyen ?
    L’autre personne est-elle une personne honnête, bienveillante, ou n’est ce qu’un masque séduisant destiné à me piéger ? 





    Vous savez, chers amis de la Terre que nous vous avons déjà parlé de la télépathie. 
    De plus en plus les liens télépathiques vont s’affirmer, se renforcer entre vous, au fil du temps. 
    De tels liens permettent le maintien d’une communion à distance permanente. 
    Vous êtes tous des êtres connectés naturellement, en premier par le souffle, ensuite, par votre rythme cardiaque.
    Il est donc logique que vos cerveaux, vos esprits se comprennent sans la nécessité de parler.
    Il en a été fait ainsi, au départ, le cerveau est le moyen d’émettre de la pensée, à ce niveau de dimension matérielle. 

    La pensée autrement, celle de votre esprit brillant présent dans les hautes sphères, ne pourrait atteindre votre corps.
    Votre cerveau est un formidable émetteur-récepteur, dont les scientifiques ne font qu’à peine commencer à entrevoir les circuits.
    Ces circuits sont si vastes, que tracer une route entre tous les hameaux, villages et villes de la Terre, ne serait pas suffisant pour figurer leur niveau de ramification.
    Cela équivaut à 10 milliards de fois cela, si vous préférez.
    Le fait est que le cerveau comporte un double éthérique et que l’activité qu’il déploie au stade vibratoire éveillé, n’est qu’une infirme partie de son potentiel réel. 

    Si vous préférez, beaucoup de circuits de pensée appartiennent au niveau supra-éthérique. 
    Lorsque vous êtes endormis, vous activez ce réseau qui est toujours présent, en filigrane. 
    Il existe d’autres parts de votre être, qui œuvrent à faire fonctionner ces niveaux, tout au long de la journée, mais vous ne vous en apercevez pas forcément. 
    La nuit lorsque vous êtes endormis, le rêve vous permet d’avoir un aperçu de ce mouvement de votre pensée. 
    Vous pouvez avoir l’impression troublante, étant entre veille et sommeil, d’être beaucoup plus à même de penser. 
    Vous pouvez songer à ce stade particulier où votre conscience est au repos, être beaucoup plus intelligents. 
    La vérité est qu’alors, vous utilisez la totalité de votre sphère cérébrale.
    La pensée de chaque être humain est unique, mais par adéquation avec un être cher, vous pouvez évidemment entrer en communion avec son esprit, cela se fait tout seul. 

    Les animaux font ainsi très facilement, tous les animaux sont d’emblée télépathes. 
    Tous les animaux sont naturellement aimants, ouverts, si vous prenez la peine d’aller vers eux, de vous asseoir dans une clairière, sans faire de gestes brusques, ils pourront vous approcher.
    Les sons émis par les êtres humains sont étranges pour les animaux, de même que les mouvements de votre corps. 

    Mais sitôt que vous êtes réceptifs, calmes et détendus, ils manifestent leur curiosité pour vous.
    De même les insectes sont très curieux également, et bien plus courageux, étant donné leur taille minuscule. 

    Pourquoi un papillon se poserait-il sur vous ? 
    Voilà qui est illogique.
    Le papillon prend un grand risque en agissant ainsi, mais il sait s’il le fait, que vous êtes ouvert, réceptif à sa beauté, à la beauté de la nature.
    Les animaux communient avec vous pour vous sensibiliser à la nature, vous êtes les gardiens de ce monde, savez-vous ? 

    L’homme a au départ été placé sur cette Terre pour la veiller. 



    Votre mémoire a failli, au fil des guerres, cela s’est perdu, et de mauvais usages sont réapparus, notamment par l’emploi massif de produits chimiques de synthèse, de composés non biodégradables, et notamment la pétrochimie, les fluides radioactifs à longue durée d’émission.
    Cela est une tragédie lourde de conséquence pour la vie aquatique, souterraine, la vie du sol, de l’air, et pour vos vies.
    Maintenant, vous en êtes conscients, des chercheurs dévoués tentent de sortir votre monde de cette impasse. 

    Le défi de votre temps est un défi énergétique. 
    Le fleuve de votre temps, qui permet au meilleur de se réaliser, de s’épanouir est celui de la foi, de la prière, de l’amour.
    Beaucoup de personnes prient au quotidien ou méditent et nous voudrions tout d’abord les en remercier pour cette action de grâce. 

    Oui, soyez loués, nous vous remercions !!! 
    Tout notre amour va vers vous ! 
    La prière peut éteindre même les feux de forêt, elle peut, si elle est dirigée intelligemment avec amour, faire un bien immense à l’ensemble du monde.
    Nous remercions également tous les êtres qui créent de belles choses au quotidien, le bon, le beau, illumine beaucoup votre terre. 

    Il en est ainsi, car le bon, le bénéfique a bien plus de pouvoir que l’ombre. 
    L’Amour possède un pouvoir immensément plus puissant que l’hostilité. 
    Il balaie la souffrance, réconforte, panse les peines, apaise, régénère, détend l’esprit et le corps. 
    L’amour est la meilleure médecine pour vous mes enfants. 
    L’amour de la vie, de l’art, de votre planète, de vos proches. 
    Oui, tout cela est immensément profitable à tous.
    Nous nous en réjouissons beaucoup et vous remercions,
    Dorian et les Êtres de Lumière


    Source :  http://www.unepetitelumierepourchacun.com

    0 0


    Des os entaillés d’oiseau géant témoignent de l’occupation humaine de Madagascar il y a 10.000 ans !



    Entailles faites avec un outil sur des os d'une patte d'un oiseau-éléphant et datée de 10.500 ans.


    L'analyse des os de ce qui était autrefois l'un des plus gros oiseaux du monde révèle que les humains ont colonisé Madagascar 6000 ans plus tôt que prévu.
    Les premières traces d’activité humaine découvertes à Madagascar, des os de lémuriens travaillés et d’autres reliques archéologiques, permettaient d’estimer le peuplement de l’île à il y a 2.400 à 4.000 ans. 

    Mais une nouvelle étude, menée sur des os d’oiseaux-éléphants (animaux parmi les plus gros volatils ayant existé) bouleverse cette hypothèse : elle établit que les premiers humains sont arrivés à Madagascar voici plus de 10.000 ans !
    L’oiseau-éléphant, Aepyornis Maximus, est une espèce endémique à Madagascar dont les plus gros spécimens pouvaient mesurer jusqu’à 3,5 mètres de haut pour un poids de 450 kg. 

    Incapable de voler comme l’émeu ou l’autruche, il a prospéré durant des siècles mais a disparu comme d’autre animaux emblématiques de la mégafaune malgache (tortue géante, lémurien géant, hippopotame…) il y a environ 1000 ans pour des raisons encore en grande partie inexpliquées. Mais la présence humaine est un des facteurs régulièrement cité comme cause de cette disparition. 


    Marque d’outil en pierre sur un os (tarsométatarse) de la patte d’un oiseau-éléphant. Crédit : ZSL.


     


    Les os qui ont été étudiés par une équipe de la Société zoologique de Londres proviennent du lit d’une rivière coulant dans le centre-sud de Madagascar. 
    Elle recèle de nombreux fossiles dont ces restes d’oiseaux-éléphants qui ont été datés de 10.500 ans. 
    Ils portent clairement des traces de coupe et de coups qui sont, selon les chercheurs, des marques faites par des outils en pierre lors d’activité de découpe de la viande. 
    La présence de ces os prouvent donc que l’île a été peuplé presque 6000 plus tôt que ce qui était avancé jusqu’alors. 
    Par qui ? 
    C’est le grand mystère : "nous ne connaissons pas l’origine de ces personnes et nous ne le saurons pas tant que nous n’aurons pas trouvé d’autres preuves archéologiques, mais nous savons qu’il n’existe aucune preuve de leurs gènes dans les populations modernes" explique dans un communiqué Patricia Wright de l’université de Stony Brook.
    Dans la revue Science Advances qui publie leur étude, les chercheurs soulignent aussi que les hommes et la mégafaune malgache ont cohabité pendant presque 9.000 ans avec un impact limité de la présence humaine sur la biodiversité pendant la presque totalité de cette période. 

    Ils estiment qu’il faudrait réétudier les causes de la disparition des plus gros animaux en considérant que les activités humaines n’en sont pas la principale raison. 


    aller à la source
    https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/paleontologie/madagascar-l-ile-etait-peuplee-il-y-a-10-000-ans_127639

     

    0 0

    Nous vous proposons de travailler en co-création avec nous !


    Le Conseil Arcturien de la 9ème Dimension

     
     

    "Salutations. 
    Nous sommes le Conseil Arcturien. 
    Nous sommes heureux de communiquer avec vous tous.
    Nous lançons une invitation à toute l'humanité, et cette invitation est de nous rejoindre dans un effort de co-création. 

    Nous voulons créer plus de vie sur la planète Terre, et la façon dont nous pouvons vivre les expériences que nous voulons, c'est en co-créant avec vous. 
    Maintenant, nous sommes intéressés à co-créer avec l'humanité parce que nous voyons tout le potentiel qu'il y a pour une meilleure vie sur la planète Terre.
    Ainsi, nous pouvons à la fois co-créer ces expériences avec vous et en profiter, car des parties de notre conscience seront incluses dans les énergies que nous vous avons envoyées. 

    Croyez-nous quand nous disons qu'on vous envoie des énergies tout le temps et qu'il y a beaucoup d'êtres dans les royaumes supérieurs qui veulent co-créer avec vous, mais c'est nous qui nous adressons à vous maintenant, et nous cherchons des projets majeurs. 
    Nous recherchons les co-créations les plus avant-gardistes que vous puissiez imaginer.
    Par exemple, ceux d'entre vous qui veulent créer un espace où des êtres d'autres parties de la galaxie peuvent se réunir avec des êtres humains et échanger des idées, des informations et même des ressources, une structure qui pourrait accueillir des êtres d'autres mondes, qui pourrait expliquer les différences entre les humains et ces êtres extraterrestres, voilà le genre de projet dont nous parlons. Nous vous demandons de penser globalement et de penser galactiquement parce que c'est le type de projet qui nous excite.
    Maintenant, nous allons vous envoyer des énergies que vous pouvez utiliser pour n'importe quel projet. 

    Nous envoyons simplement cette invitation aux personnes avec lesquelles nous serions le plus enthousiastes à l'idée de participer avec elles et d'en faire l'expérience. 
    Laissez libre cours à votre imagination.
    Nous sommes le Conseil Arcturien, et nous avons pris plaisir à nous connecter avec vous."


    Source :
    https://danielscranton.com/

    0 0


    Une vaste étude réduit l’Homme à 4 types de personnalité !






    Une vaste étude menée auprès de 1,5 million de personnes répondant à des questionnaires a finalement permis à des chercheurs de ressortir quatre types de personnalité évoluant avec le temps. 

    Les détails de l’étude sont publiés dans Nature Human Behavior.

    Les types de personnalité – souvent associés au domaine de l’astrologie – sont des concepts controversés en science. 

    "Les gens ont essayé de classer les types de personnalité depuis l’époque d’Hippocrate, mais la littérature scientifique précédente a trouvé cela absurde", explique dans un communiqué William Revelle, professeur de psychologie. 
    "Mais ces données montrent aujourd’hui qu’il existe des densités plus élevées de certains types de personnalité".
    Les chercheurs ont ici analysé des données provenant de quatre questionnaires, attirant plus de 1,5 million de participants à travers le monde. 

    Ces questionnaires – élaborés au fil des décennies – comportaient entre 44 et 300 questions. Grâce à un algorithme spécialement conçu, des personnalités sont alors ressorties. 
    Quatre, plus exactement, baptisées ainsi : moyen,réservé,égocentrique ou modèle.

    Les personnes appartenant au groupe moyen sont décrites comme “extraverties“, “névrosées” et “peu ouvertes“. C’est le type de personnalité le plus courant. Les femmes sont également plus susceptibles d’appartenir à ce groupe. 

    Le type réservé est “émotionnellement stable” mais “pas ouvert ou névrotique“, peut-on lire. Ils sont également jugés “agréables et consciencieux“. 
    Les modèles présentent un faible score de névrose et un niveau élevé dans tous les autres traits. Ces personnes sont jugées “fiables” et “ouvertes aux nouvelles idées“. 
    Quant aux égocentriques, ces personnes apparaissent très “extraverties“, pas très ouvertes aux autres, “pas très agréables” et “peu consciencieuses“. Les jeunes hommes sont ici sur-représentés.
    Il apparaît également que ces quatre types de personnalité peuvent également évoluer avec le temps. 

    Les personnes âgées ont, par exemple, tendance à être moins névrotiques mais plus consciencieuses et agréables que les moins de 20 ans. 
    "Quand on regarde de grands groupes de personnes, il est clair qu’il y a des tendances, des personnes peuvent changer certaines de ces caractéristiques avec le temps, notent les chercheurs. 
    Cela pourrait être un sujet de recherche future !".


    Proposé par Brice LouvetSource
    Diffusé par :
    https://sciencepost.fr/2018/09/une-vaste-etude-reduit-lhomme-a-4-types-de-personnalite/

    0 0


    Le Président Russe Vladimir Poutine et le Président Américain Donald Trump font partie du groupe international qui s’emploie à abolir l’empire criminel des Illuminati ! 

     

    Matthew le 15 septembre 2018 




    Avec d’affectueuses salutations de toutes les âmes de cette station, c’est Matthieu qui s’adresse à vous. 

    Si vous ressentez que quelque chose d'important est en préparation, peut-être réagissez-vous à l'énergie des efforts déployés en coulisse qui sont prêts à se manifester. 
    Ces efforts sont la raison pour laquelle nous évoquons le scepticisme de nombreux lecteurs quant au fait que le Président Russe Vladimir Poutine et le Président Américain Donald Trump font partie du groupe international qui s’emploie à abolir l’empire criminel des Illuminati et à demander des comptes aux coupables.
    N'est-il pas réaliste que les dirigeants de ces deux nations puissantes soient impliqués dans une entreprise mondiale aussi vitale ? 

    N’est-ce pas réaliste que seules des personnes ayant un tel degré d’influence puissent extirper un contrôle séculaire de votre monde ? 
    En fait, leur participation n’est-elle pas essentielle puisque la Russie a des preuves de la criminalité des Illuminati et que beaucoup des individus au sommet de cette société secrète, sont des citoyens américains, qui doivent être traduits en justice conformément aux lois de cette nation ?
    Pourtant, un nombre surprenant de lecteurs ont écrit que nous avions "détruit", "sapé" ou "perdu (notre) crédibilité", car nous n’avions pas fait écho à l’indignation, à la frustration, à la condamnation et à la peur soulevées dans leurs courriels concernant ces deux présidents. 

    Les basses vibrations de ces émotions ne peuvent exister à notre station, mais nous les comprenons - elles sont omniprésentes dans votre monde, et c'est pourquoi cette question revêt une telle importance. 
    La loi universelle d'attraction – les semblables s’attirent - est continuellement en mouvement et l'énergie des sentiments de vibrations inférieures engendre toujours davantage de situations suscitant le même type de réactions. 
    Ce cercle vicieux ne vous rend pas service.
    Se libérer du joug de la corruption, de la tromperie et de l’oppression dans le monde exige des pensées et des sentiments fortement imprégnés de vibrations élevées de lumière. 

    La Lumière, la même énergie que l’Amour, est ce qui permettra qu’un monde de Paix se manifeste où les gens se respecteront et coopéreront pour le bien de tous, où chacun vivra en harmonie avec la nature et partagera également la magnifique abondance de la Terre. 
    Chers frères et sœurs, ne doutez jamais de votre capacité à cocréer ce genre de monde merveilleux ! 
    Il est déjà florissant dans le continuum, et votre dévouement en tant que travailleurs de la lumière a contribué à la réalisation d’entreprises sans précédent.
    Notre réponse au courriel suivant abordera également les questions et commentaires d’autres lecteurs concernant le changement climatique. 



     




    "Matthew, voudriez-vous dire que la Terre a été déshydratée - avec des déserts et une distribution inégale des ressources en eau - et que les changements climatiques actuels vont transformer ces terres arides en terres complètement hydratées ? 
    Mais surtout, pourriez-vous donner des précisions sur la manipulation météorologique actuelle - qui, où, comment est-elle produite ? Et que pouvons-nous faire pour l'arrêter, si nous devions intervenir ?"
    Les terres desséchées seront à nouveau irriguées, c’est une certitude, mais étant donné que le changement climatique est le résultat de la maltraitance de la planète de la part de l’humanité, elle ne récoltera que peu d’éloges pour cette transformation. 

    Les déserts deviendront à nouveau des terres arables et toutes les eaux seront purifiées grâce à l’action de la Terre soutenue par votre technologie, lorsqu’elle sera libérée du blocage par les forces de ténèbres et par la technologie extraterrestre que notre famille universelle va introduire. 
    Vous serez étonnés de la rapidité avec laquelle votre environnement endommagé pourra retrouver sa santé et son dynamisme !
    Il s’agit-là de perspectives d’avenir pour la Terre ; mais parlons maintenant de la situation actuelle. 

    L’œuvre des Illuminati, de la cabale, consiste à manipuler par la technologie les conditions météorologiques en augmentant et en dirigeant la vitesse du vent et en intensifiant ou en réduisant l’activité des nuages ​​pour provoquer respectivement des pluies diluviennes ou des sécheresses. 
    Ils n’ont pas besoin d’engendrer un événement à partir de rien, il leur suffit d’aggraver simplement les conditions existantes qui servent leurs intérêts. 
    Ils peuvent manipuler une tempête modérée pour la transformer en ouragan, un petit feu en incendie de forêt, élever les températures ou les faire plonger, intensifier des secousses en tremblements de terre ou en éruptions volcaniques.
    Mais l’énergie de ces événements ne se limite pas aux zones où ils se produisent - elle est globale pour ainsi dire. 

    Un typhon se dirigeant vers l’Indonésie, par exemple, met non seulement en mouvement des conditions à des milliers de kilomètres de distance, mais a également des conséquences au sein de la planète. 
    Ce qui est encourageant ici, c’est que la technologie de la flotte spatiale ET est en mesure de réduire l’ampleur de la destruction prévue par les Illuminati, comme en témoigne actuellement la diminution de l’intensité de l’ouragan Florence. 
    Néanmoins, si les conditions météorologiques et l’activité sismique se produisaient naturellement, la libération de la négativité se ferait plus calmement et la Terre serait plus avancée dans la voie vers un climat tempéré au niveau mondial.
    Cependant, il serait injuste de blâmer les Illuminati pour toutes les conditions météorologiques anormales et les catastrophes "naturelles" que vous rencontrez. 

    La pollution de votre air, de la terre et de l'eau ; l’extraction en profondeur, les forages et fracturations ; la destruction des forêts pluviales et l’endiguement des rivières contribuent au changement climatique, qui s’accompagne de dégâts environnementaux. 
    Ces situations-là sont en grande partie apparues suite à la modernisation de votre monde, car les produits et services industriels ont créé des emplois et augmenté le confort et la commodité pour beaucoup. 
    La prise de conscience que les progrès à cet égard ne peuvent continuer à endommager la planète, stimule les innovations révolutionnaires dans la production d’électricité, l’ingénierie, le combustible, la construction, le transport, l’agriculture et le recyclage des déchets.
    Il y a un autre facteur, et peut-être le plus important, qui contribue à des conditions météorologiques extrêmes, ce sont les myriades de serpentins d'énergie chargés de pensées et de sentiments négatifs. 

    C'est dans ce domaine et de cette manière que vous pouvez et "devriez faire quelque chose". 
    Nous avons parlé de l'importance des pensées et des sentiments remplis de lumière à travers le monde, et des actions aussi sont nécessaires. 
    Parlez avec confiance et optimisme de l'avenir pour inciter les individus à envisager le futur de manière plus positive ; leur nouvelle perspective les incitera à s'exprimer de manière similaire, et ainsi de suite. 
    Soutenez les efforts des organisations locales pour améliorer la situation des nécessiteux de la communauté. 
    Exprimez-vous en faveur des arts, qui nourrissent l'âme. 
    Participez ou créez un groupe pour préserver l'environnement local, économiser l'énergie, et créer et financer un refuge pour les animaux. 
    Tout ce qui promeut des attitudes positives et des situations meilleures émet les hautes vibrations qui "illuminent votre monde" et accélèrent le retour de la Terre au paradis qu’elle était autrefois. 



    "Matthew a parlé du temps qui s'accélère en ce moment, et je m’interroge : qu'advient-il de notre concept du temps lorsque la planète ascensionnera à la densité suivante ? Le temps ralentira-t-il à nouveau / cessera-t-il d’exister ?"
    La conscience de la population s’accroîtra conformément à l’ascension de la Terre vers des vibrations plus élevées et la dépendance aux horloges et calendriers cessera graduellement, car la vie dans le continuum deviendra naturelle. 
    En ce moment, le concept de l’intemporalité est incompréhensible pour vous, ni même nécessaire, mais soyez assurés que la transition se fera sans effort.
     

    "Tu as dit que certaines informations contenues dans tes messages proviennent des observateurs de la Terre au Nirvana. Sont-ils différents des autres âmes des mondes spirituels ? Comment fonctionne leur système d'information ?"
    Nous remercions ce lecteur d'avoir attiré notre attention sur le fait que nous avons besoin de vous parler de ces collecteurs et fournisseurs d'informations et de la façon dont ils servent la Terre et notre famille bien-aimée qui y réside.
    Les rapports détaillés des observateurs complètent les informations que nous captons des vibrations localisées et planétaires et des serpentins adéquats dans le champ de potentiel énergétique de la Terre, de sorte que leur assistance est importante. 

    Cependant, l'utilisation la plus significative de leurs données, vous permet de sauver des vies par l’intermédiaire des forces spéciales extraterrestres sur la planète, dont les capacités extraordinaires sont efficaces sur place ou à distance, et par les équipages dans vos cieux. 
    Parmi les autres usagers figurent le Conseil du Nirvana, les âmes dans des stations comme les nôtres qui aident également les peuples de la Terre à s’éveiller et les civilisations évoluées qui "laissent filtrer" les principes universels destinés à des scientifiques et philosophes sélectionnés sur Terre.
    Toutes les communications entre les observateurs et les utilisateurs sont télépathiques et, à quelques exceptions près, les millions d’observateurs sont des âmes dont la dernière vie se passait sur Terre. 

    Les exceptions pourraient être appelées des "visiteurs de passage", des membres de civilisations évoluées qui ont des connaissances et des expériences avancées et, tout comme dans votre monde, les mieux formés enseignent à ceux qui sont moins instruits. 
    Les observateurs se relaient pour épier les activités sur Terre "24 heures sur 24", dans leurs domaines de compétence.



    Permettez-nous de digresser un instant. 
    Les résidents du Nirvana ne se fatiguent jamais, ainsi la relève consiste uniquement à donner à chacun la possibilité de servir dans le domaine de la surveillance s’il le souhaite. 
    Parmi les nombreux domaines d’emploi dans lesquels il est possible de servir, il y a toujours un choix personnel, de même que l’emploi lui-même - les résidents peuvent passer leur temps à faire ce qui est pour eux satisfaisant. 
    Peut-être de voyager à travers le royaume, poursuivre des intérêts pédagogiques, perfectionner des talents artistiques ou des compétences artisanales, profiter des sports d'été et d'hiver, concevoir et manifester des décorations intérieures, des spectacles comme des émissions télévisées, participer à des présentations théâtrales, se détendre ou reprendre une relation amoureuse ou toute combinaison de ces choix avec des épisodes de travail s'ils le souhaitent.
    Quant au domaine des observateurs, il a été établi il y a seulement environ un quart de siècle en temps linéaire. 

    Avant sa création, il était interdit à quiconque au Nirvana de scruter ou d’écouter de façon indiscrète des vies sur Terre, à moins de liens personnels affectueux, ceux-ci étant dotés d’un bouclier énergétique respectant la vie privée des personnes aimées par les résidents du royaume. 
    Après que le Créateur ait décrété qu'il n'y aurait plus d’explosions nucléaires dans l'espace, Dieu autorisa les civilisations dotées des capacités de l’empêcher à le faire, il fut établi alors un service de surveillance au Nirvana comme outil de communication pour prévenir ce genre de dévastation massive et celui-ci s’est développé en d’autres domaines d’assistance pour la vie sur Terre.
    Maintenant, le nombre des observateurs se concentrant sur le même objectif varie en fonction de ce qui se passe sur Terre, et que ce nombre se monte à des centaines ou des milliers ; tous comparent leurs observations pour s’assurer de leur exactitude avant de transmettre l'information aux utilisateurs appropriés. 

    Les objectifs les plus critiques sont les armes et l’énergie nucléaires, toutes deux étant des folies dans un monde de troisième densité. 
    Les observateurs experts dans ces domaines surveillent l'évolution de la situation dans tous les pays disposant de ces installations et entretiennent des canaux ouverts avec les équipages des flottes spatiales et les forces spéciales ET. 
    Lorsque les équipages sont informés que des missiles dotés d’ogives nucléaires vont être lancés, ils utilisent la technologie de leurs vaisseaux pour provoquer des dysfonctionnements. 
    C’est la raison pour laquelle ont échoué toutes les tentatives d’envoyer une ogive nucléaire sur leur cible. 



    Lorsque les observateurs détectent un danger dans une centrale nucléaire, ils en informent les membres des forces spéciales qui peuvent empêcher le développement d’une situation explosive. 
    La catastrophe au Japon fut unique. 
    A cette époque, les Illuminati contrôlaient encore la technologie qui pouvait déclencher et maintenir en action des séismes gigantesques, et rien n'aurait pu empêcher le tsunami qui en résulta. 
    Peu de temps après, cependant, un équipage a atterri pour que la technologie de sa navette puisse aider ses collègues des forces spéciales à maintenir les radiations sous le seuil critique et à minimiser l’activité des réacteurs.
    Un autre exemple de surveillance qui évite une propagation de situations mortelles est en relation avec les maladies conçues par les laboratoires Illuminati. 
    Les scientifiques des forces spéciales sont informés de ces développements, leur permettant de rendre les virus inopérants avant leur diffusion et de prévenir les pandémies prévues.
    Les observateurs qui se concentrent sur votre atmosphère restent en contact avec les équipages et les âmes d'une civilisation avancée qui apparaissent sous forme de nuages ​​dans votre ciel, ces deux sources réduisent la toxicité des épandages chimiques aériens (chemtrails) et d’autres polluants. 

    Les groupes de surveillance qui observent les mers et les océans de la Terre informant les membres des forces spéciales qui peuvent préserver dans une certaine mesure les récifs et la vie marine dans des eaux devenant polluées. 
    Lorsque, il y a quelques années, la plateforme de forage a explosé au large des côtes du Texas et a déversé le pétrole dans le golfe du Mexique, ces observateurs ont transmis des tonalités pour guider la vie marine loin de la propagation du pétrole. 
    D’éteindre le feu et de sceller la plate-forme n’était pas du ressort des ET – mais de la responsabilité des individus dont les décisions avaient permis ce désastre environnemental.
    Outre les efforts de collaboration en matière d’information et d’action, grâce aux observateurs nous avons connaissance d’activités non publiées d’individus qui influencent ce qui se passe dans votre monde. 

    C’est pourquoi nous pouvions vous dire par exemple, que les sbires Illuminati aux États-Unis qui ont truqué les primaires démocrates de 2016 ont commis une erreur en tentant de faire la même chose lors des élections présidentielles ; et que la Russie n’est pas coupable des nombreuses accusations portées contre elle. 
    Le fait que nous recevions les mêmes informations des forces spéciales ET dans divers services de renseignement témoigne de l’exactitude des rapports des observateurs.
    Comme tous les autres êtres de Lumière de cet univers, les observateurs ne sont pas autorisés à interférer avec le libre arbitre, mais dans le cadre de leur mission d'aider à protéger la Terre et ses formes de vie, ils sont autorisés à modifier le résultat des intentions obscures et à atténuer les effets de conditions nocives. 

    Chère famille, lorsque vous dénombrez vos bénédictions, veuillez inclure ces âmes et les innombrables autres membres de notre famille universelle dont l’aide à votre bien-être est inestimable.
    Tous les êtres illuminés honorent votre service à la Terre et vous soutiennent avec le pouvoir inégalé de l'amour inconditionnel.
    Amour & Paix !


    Reçu par Suzanne Ward (Merci !)
    suzy@matthewbooks.com

    Source : The Matthew Books 
    Traduction : Alain Bonet
    https://matthewfrance.blogspot.com/2018/09/fr-matthieu-le-1592018.html

    0 0

    Des mises à jour vous seront donnés et adaptées selon votre niveau d'évolution !


    Le Conseil Arcturien de la 9ème Dimension 



    "Salutations. 

    Nous sommes le Conseil Arcturien. 
    Nous sommes heureux de communiquer avec vous tous.
    Nous avons commencé à vous donner les différentes mises à jour que vous avez demandées. 

    Nous travaillons, bien sûr, de concert avec vos guides pour vous fournir les améliorations uniques que chacun d'entre vous a demandées individuellement. 
    Maintenant, ces mises à jour sont différentes des mises à jour universelles que vous recevez parfois. 
    Ces mises à jour sont données en raison de l'endroit où vous en êtes dans votre voyage évolutionnaire, et elles sont données à tout le monde.
    Les mises à jour auxquelles nous faisons référence sont celles que vous avez personnellement demandées, qu'il s'agisse d'une demande de clairvoyance, de la capacité de canaliser ou de guérir les autres. 

    Nous avons travaillé avec vos guides et votre moi supérieur parce que beaucoup d'entre vous se sont tournés vers nous, en particulier, et nous avons réussi à convaincre vos guides et votre moi supérieur que vous êtes prêts pour une véritable croissance et de nouvelles capacités qui vous aideront à vous soutenir pendant le reste du temps que vous avez dans la quatrième dimension.
    Nous sommes heureux et impatients de vous fournir ces mises à jour pendant que vous dormez, et il est important pour vous tous de savoir qu'une fois que vous aurez une mise à jour, vous devrez encore apprendre à l'utiliser. 

    Donc, ce n'est pas parce que vous recevez un surclassement de clairvoyance que vous allez nécessairement commencer à accéder à ce cadeau sans que vous vous concentriez sur ce don. 
    La plupart d'entre vous devront encore s'asseoir et ouvrir vos troisièmes yeux pour voir ce que vous recevez.
    Vous aurez toujours besoin de maîtriser l'utilisation des dons qui vous sont donnés, et surtout vous aurez besoin de croire que ce que vous recevez est en fait réel et pas seulement votre imagination, votre esprit, ou votre ego. 

    Recevez vos nouveaux cadeaux gracieusement, et pratiquez, pratiquez, pratiquez, pratiquez, et vous aurez beaucoup plus de plaisir sur Terre avec vos nouveaux jouets.
    Nous sommes le Conseil Arcturien, et nous avons pris plaisir à nous connecter avec vous."


    Source :
    https://danielscranton.com/upgrades-are-coming-%e2%88%9ethe-9th-dimensional-arcturian-council/

     

    0 0

    L’internet des familles modestes : les usages sont-ils les mêmes du haut au bas de l’échelle sociale ?





    Il semble toujours difficile de saisir une enquête sociologique, car, comme toute bonne enquête sociologique, celles-ci sont surtout qualitatives et se fondent sur des témoignages peu nombreux et variés… dont il semble difficile de dégager des lignes directrices. 
    C’est pourtant ce que réussit à faire la sociologue Dominique Pasquier dans son livre, L’internet des familles modestes en s’intéressant aux transformations des univers populaires par le prisme des usages et des pratiques d’internet.
    Alors qu’il n’y a pas si longtemps, la fracture numérique semblait ne pouvoir se résorber, les usagers les plus modestes semblent finalement avoir adopté les outils numériques très rapidement, à l’image de l’introduction de la photographie au début du XXe siècle dans les sociétés rurales traditionnelles qu’évoquait Pierre Bourdieu dans Un art moyen. 

    L’internet des classes dominantes et urbaines a colonisé la société, rapporte Dominique Pasquier dans son étude où elle s’est intéressée aux employées (majoritairement des femmes) travaillant principalement dans le secteur des services à la personne et vivant dans des zones rurales. 
    En matière de temps, d’utilisation des services en lignes, les usages d’internet des plus modestes ont rejoint les taux d’usages des classes supérieures. 
    Reste à savoir si les usages sont les mêmes du haut au bas de l’échelle sociale. Interview.

    InternetActu.net : Existe-t-il un usage populaire d’internet ? Quelles sont les caractéristiques d’un internet des familles modestes ?
    Dominique Pasquier : Il n’a pas de caractéristique particulière. 

    C’est un usage comme les autres en fait, avec quelques poches de spécificités, et c’est finalement ce qui est le plus surprenant. 
    Parmi ces spécificités – qu’il faudrait valider en enquêtant plus avant sur des familles plus pourvues en revenus et en capital culturel -, il y a le refus d’utiliser le mail ou l’obligation de transparence des pratiques entre les membres de la famille, mais qui existent peut-être sous une forme ou une autre dans d’autres milieux sociaux. 
    Le plus étonnant finalement, c’est de constater que pour des gens qui se sont équipés sur le tard, combien ces usages sont devenus aisés et rituels. 
    Je m’attendais à trouver plus de difficultés, plus d’angoisses… 
    Mais cela n’a pas été le cas. 
    Les familles modestes se sont emparées d’internet à toute vitesse. 
    Ils font certes des usages plutôt utilitaristes de ces outils polymorphes. 
    Ils ont peu de pratiques créatives. 
    Participent peu. 
    Mais n’en ont pas particulièrement besoin. 
    L’outil s’est glissé dans leurs pratiques quotidiennes, d’une manière très pragmatique. 
    Les gens ont de bonnes raisons de faire ce qu’ils font de la manière dont ils le font.

    InternetActu.net : Les témoignages que vous rapportez montrent une grande hétérogénéité d’usage. Mais ce qui marque, c’est de voir que pour ces publics, internet semble avant tout un outil d’accomplissement personnel, une seconde école. Il les aide à mieux se repérer dans l’information, à être plus ouverts, à élargir leur champ de compétences…
    Dominique Pasquier : Oui, internet est une seconde école. 

    Et ce constat n’est pas sans vertus pour des populations qui bien souvent ne sont pas allées à l’école ou qui n’ont pas le bac. Internet leur propose des manières d’apprendre qui leur correspondent mieux, sans hiérarchie ni sanction. 
    On pourrait croire par exemple qu’en matière d’information ils ne recherchent pas des choses importantes, mais si. 
    Ils cherchent à comprendre les termes qu’emploient le professeur de leurs enfants ou le médecin qu’ils consultent. Quelque chose s’est ouvert. 
    L’enjeu n’est pas pour eux de devenir experts à la place des experts, mais de parvenir à mieux argumenter ou à poser des questions. 
    D’être mieux armés. Le travail de la sociologue Annette Lareau qui a observé des réunions parents professeurs et des consultations médicales dans les milieux populaires, montrait que les parents des milieux populaires se trouvaient dans une position de déférence, imposée par l’interaction elle-même. Ils n’osent pas dire qu’ils ne comprennent pas. 
    Or, cette déférence subie implique nombre de malentendus sur les diagnostics scolaires ou médicaux. 
    Les gens que j’ai rencontrés se servent tout le temps de ces outils pour trouver le sens des mots ou pour apprendre. 
    Les aides-soignantes travaillent souvent dans des structures très pesantes. 
    Mais quand elles vont sur des sites de professionnels de la santé, elles s’aperçoivent qu’il y a des échanges horizontaux et hiérarchiques possibles. 
    Internet permet d’ouvrir le bec – même si cela ne veut pas dire que ces aides-soignantes ouvrent le bec en ligne facilement pour autant. 


    Image : Dominique Pasquier sur la scène de la conférence Numérique en Communs, qui se tenait à Nantes récemment, photographiée par les Bricodeurs.




    InternetActu.net : … plus ouverts, mais pas totalement. Internet n’est pas le l’espace des idées nouvelles.
    Dominique Pasquier : Si internet permet de s’informer et de se former (via les tutoriels, très consommés pour progresser notamment dans ses passions), le public de mon enquête ne s’intéresse pas du tout à l’actualité. 

    Il ne consulte pas la presse nationale. L’actualité demeure celle que propose la presse locale et la télévision. 
    Ce manque d’ouverture est certainement lié aux territoires d’enquêtes. 
    Pour les ruraux, l’information nationale ou internationale semble très loin. 
    Dans ce domaine, la possibilité qu’ouvre l’internet n’est pas saisie. 
    La consommation télévisuelle reste très forte. L’ouverture passe par la télévision, c’est de là qu’arrive la nouveauté, via la télé-réalité, les émissions de décoration et de cuisine. 
    La "moyennisation" des styles de vie est concrète : elle se voit dans les maisons. 
    La télévision a diffusé un dépouillement du décor mobilier par exemple comme on le voit dans les émissions de décoration. 
    Dans ses enquêtes sur le monde ouvrier des années 80, le sociologue Olivier Schwartz montrait que les familles de mineurs qui réussissaient achetaient des salles à manger en bois. 
    Elles ont disparu !

    InternetActu.net : L’internet n’est pas sans difficulté pourtant pour les plus modestes. Vous évoquer notamment la difficulté à utiliser certaines ressources dans le cadre professionnel ou dans la relation administrative. Quelles sont ces difficultés et pourquoi persistent-elles selon vous ?
    Dominique Pasquier : Dans leurs services en ligne, les administrations de la République sont lamentables. 

    On ne met pas assez d’argent dans l’ergonomie, dans les tests usagers… pour des gens dont les budgets se jouent à 100 euros près et où le moindre remboursement qui ne vient pas est un drame. 
    La dématérialisation de l’administration est inhumaine et brutale. 
    Les familles modestes utilisent peu le mail. 
    Leurs adresses servent principalement aux achats et aux relations avec les administrations. 
    Mais les courriers de l’administration se perdent dans le spam qu’ils reçoivent des sites d’achat. 
    Pour eux, le mail est un instrument de torture et ce d’autant plus qu’il est l’outil de l’injonction administrative. 
    Les gens ont l’impression d’être maltraités par les administrations, à l’image de cet homme que j’ai rencontré, noyé dans ses démêlés avec Pôle emploi, en difficulté dans toutes ses démarches.
    Les usagers ne sont pas contre la dématérialisation pourtant. 

    Le public que j’ai rencontré utilise quotidiennement les applications bancaires par exemple, matins et soirs. 
    Ils n’ont pas de mal à gérer leurs factures en ligne. 
    Mais les relations avec les institutions sociales, en ligne, sont particulièrement difficiles.

    InternetActu.net : Peut-être est-ce aussi lié à l’usage spécifique du mail qu’on rencontre dans ces familles. Vous soulignez, qu’une des rares spécificités de l’internet des familles modestes, c’est que l’usage du mail n’est pas tant individuel que familial…
    Dominique Pasquier : Oui. Pour les familles modestes, le mail n’est pas un outil de conversation agréable. 

    Il est asynchrone et écrit. 
    Envoyer et attendre une réponse ne correspond pas aux valeurs du face à face dans l’échange, qui reste très fort dans les milieux populaires. 
    Il demeure de l’ordre du courrier, ce qui en fait un dispositif formellement distant.
    Les familles disposent bien souvent d’une seule adresse mail partagée. 

    C’est un moyen de tenir un principe de transparence familial… (et de surveillance : une femme ne peut pas recevoir de courrier personnel). 
    Ce principe de transparence se retrouve également dans les comptes Facebook, dans les SMS,… 
    La famille intervient sur les comptes de ses membres, on regarde les téléphones mobiles des uns et des autres. 
    On surveille ce qu’il se dit. Les familles modestes ne voient pas de raison à avoir des outils individuels. 
    Sur Facebook, l’ouverture de comptes par les enfants est conditionnée au fait que les parents soient amis avec eux. 
    Bien souvent, ces pratiques donnent une illusion de maîtrise aux parents, qui ne voient pas ce qui échappe à leur vigilance. 
    Ils observent les murs des enfants et les commentaires, mais ne voient pas les échanges en messagerie instantanée incessants.

    Internetactu.net : L’autre grande différence sociale que vous pointez c’est la participation : l’usage des plus modestes n’est pas très contributif. Pourquoi ?
    Dominique Pasquier : Effectivement, l’internet n’est jamais vu comme un moyen de contribution. 

    J’ai demandé ainsi à une femme qui souhaitait se remarier et qui me confiait avoir beaucoup consulté de forums pour se décider à franchir le pas de la famille recomposée… si elle posait des questions sur ces forums. 
    Elle m’a clairement répondu non, comme si c’était impensable. 
    Ce qui l’intéressait c’était la réponse aux questions qu’elle aurait pu poser. 
    Mais la difficulté demeure d’oser, et ce même pour intervenir sur un simple forum, entouré de femmes dans la même situation qu’elle, qui se confient sur des choses intimes… 
    On ne saute pas le pas. 
    Une autre qui réalisait des tricots en puisant des idées sur des blogs contributifs n’y montrait pas non plus ses créations… 
    Il y a une grande pudeur à poser des questions, "à ramener sa fraise"
    Sur l’internet des familles modestes, il y a une grande distance avec la création. 

    Ce qui circule sur Facebook, c’est essentiellement des citations morales, des images, des dessins… des "panneaux" qui proviennent d’ailleurs. 
    L’enjeu n’est pas tant de discuter du contenu de ces messages que de demander à ses amis s’ils sont d’accord avec le fait que ce qui est mis en ligne me reflète moi ! 
    Le but est plus une recherche de consensus. 
    On s’empare de ces messages pour dire qu’on s’y reconnaît et on demande aux autres s’ils nous y reconnaissent. 
    Ces partages se font avec des gens qu’on connaît. 
    On ne cherche pas à étendre sa sociabilité.
    À Brest, Bénédicte Havard Duclos qui a travaillé sur des assistantes maternelles, plus diplômées que les populations sur lesquelles j’ai travaillé, à montré qu’elles avaient un peu plus d’ouverture dans leurs échanges en ligne : elles osaient échanger avec des gens qu’elles ne connaissaient pas. 

    Les gens que j’ai vus ne sortent pas de leur monde, sauf en ce qui concerne les connaissances, mais pas en matière de culture ni de sociabilité. Ils utilisent internet pour apprendre des choses qu’ils ne connaissent pas ou perfectionner des pratiques, comme le tricot, la cuisine, le jardinage… 
    Mais ce n’est pas une ouverture sur des nouveaux goûts culturels. 
    Il n’y en a pas du tout dans mon public. 
    Les liens partagés servent aussi beaucoup à rappeler le passé, à le célébrer ensemble une nostalgie. 
    Leur fonction consiste plus à évoquer une culture commune et à renforcer le consensus qu’à une ouverture culturelle. 
    Mais ces résultats auraient certainement été très différents si j’avais regardé les pratiques de leurs enfants. 



    InternetActu.net : Y’a-t-il un temps internet chez les plus modestes ou une connexion continue comme chez dans les catégories professionnelles supérieures ? La frontière entre le monde professionnel et le monde privé est-elle moins étanche chez les plus modestes qu’ailleurs ?
    Dominique Pasquier : Il y a une différence entre ces milieux et ceux des cadres et des professions intermédiaires. Ici, quand on arrête de travailler, on arrête de travailler. 

    S’il y a une forte perméabilité du personnel au professionnel, la frontière est complètement hermétique dans l’autre sens : les collègues n’ont pas le numéro de portable ! 
    Beaucoup des femmes que j’ai rencontrées ont des conjoints artisans qui eux n’arrêtent jamais de travailler… mais le plus souvent, les milieux ouvriers ou d’employés subalternes, la frontière entre les deux mondes est forte.

    InternetActu.net : Un long chapitre de votre livre s’intéresse à l’achat en ligne qui semble être devenu une pratique forte et complètement intégrée des milieux modestes. Qu’est-ce qu’a changé cet accès à la consommation ?
    Dominique Pasquier : On pense souvent qu’internet permet d’acheter ce qu’on ne trouve pas localement. 

    Pour les plus modestes, la motivation n’est pas du tout celle-ci. 
    Internet sert à acheter moins cher. 
    Et ces femmes y passent du temps. 
    Reste qu’elles se sentent coupables vis-à-vis du petit commerce local, car ce sont des gens qu’elles connaissent. 
    Pour nombre d’achats, elles transigent donc.
    Le Bon Coin et les plateformes d’achats entre particuliers sont considérées, elles, comme vertueuses. 

    Ça rapporte un peu d’argent. 
    Ça rend service. 
    On a l’impression que ces échanges sont moraux. 
    "Sur le Bon Coin, chacun garde sa fierté"
    Y vendre ou y acheter des produits, même très peu chers – et beaucoup des produits qu’on y échange le sont pour quelques euros -, c’est un moyen de conserver sa fierté, d’affirmer qu’on n’est pas des assistés. 
    Il faut entendre l’omniprésence de la peur du déclassement dans ces populations, limites financièrement. 
    Recourir à l’aide social et faire des démarches, c’est compliqué. 
    Dans cette frange de la population, on déteste tout autant ceux qui sont socialement au-dessus qu’au-dessous. 
    On y entend un discours d’extrême droite qui peut-être manié par des gens qui n’y sont pas acquis, mais qui est caractérisé par la peur de basculer vers les assistés. 
    Comme le disait Olivier Schwartz, il n’y a pas qu’eux contre nous, que le peuple face aux élites, il y a ceux du haut, ceux du bas et les fragiles.

    InternetActu.net : Vous notez dans votre livre que les familles modestes ont un rapport très distant avec l’information (notamment nationale), mais pas avec les causes. "Ceux qui parlent frontalement de politique le font de façon sporadique". La politique n’est présente que sous une forme polémique, très liée à la crise du marché du travail. Pourquoi ?
    Dominique Pasquier : Ce public ne s’informe pas. 

    Beaucoup de rumeurs circulent et s’engouffrent sur des peurs. 
    Les dépenses somptuaires ne les étonnent pas. 
    Les rumeurs sur les fraudeurs et paresseux n’ont plus. 
    J’ai enquêté dans une région où l’émigration est peu présente, mais où le fantasme de l’émigré assisté est omniprésent. 
    La hantise sociale est forte et est à relier à la crise du marché du travail, qui fait que ces familles semblent toujours sur le point de basculer dans la précarité. 
    Ces femmes qui travaillent dans l’aide à domicile connaissent les difficultés du marché du travail : elles ont plein de petits patrons, des horaires à trous, des trajets difficiles et leurs situations sont précaires et instables… 
    Reste que dans ces milieux issus des milieux ouvriers, les valeurs du travail, de l’entrepreneuriat privé et de la réussite restent fortes.

    Internetactu.net : D’une manière assez surprenante, vous consacrez tout un chapitre à la question des relations hommes/femmes. Internet renforce-t-il la séparation des sphères domestiques masculines et féminines ? Comment en questionne-t-il ou en redistribue-t-il les frontières normatives ?
    Dominique Pasquier : Effectivement. 

    Nombre de comptes Facebook exaltent l’amour conjugal et la famille. 
    Ce n’est bien sûr pas le cas des hommes célibataires que j’ai rencontrés, dans les comptes desquels dominent des blagues sur les femmes. 
    Chez celles-ci, par contre, on trouve beaucoup de partage d’images et de maximes sur l’absence de partage des tâches domestiques. 
    Chez ces femmes, l’idée qu’on se réalise en tenant son intérieur propre et son linge repassé ne fonctionne plus. 
    L’épanouissement domestique ne fait plus rêver. 
    Cela n’empêche pas que ces femmes continuent à tout faire et que leurs intérieurs soient nickels et parfaitement rangés. 
    Elles aspirent à ce que ce ne soit plus une image valorisante, mais en vrai, la répartition des tâches traditionnelles demeure.
    On entend en tout cas une revendication, une contestation de la division très asymétrique du travail domestique. 

    Pourtant, pour ces aides-soignantes qui pratiquent les horaires décalés, bien souvent, les maris doivent faire le dîner pour les enfants. 
    En tout cas, il n’y a plus ce qu’observait Olivier Schwartz, à savoir que les femmes trouvaient leur épanouissement dans la tenue du foyer. 
    Il faut dire que contrairement aux enquêtes qu’il a réalisées dans les familles de mineurs, ces femmes travaillent. 
    C’est sans doute la transformation du marché du travail qui fait bouger les lignes à la maison.
    Pour autant, ce n’est pas la guerre non plus. 

    On trouve plus d’endroits où on échange des maximes célébrant le couple que le contraire. 
    C’est moins vrai pour les hommes célibataires. 
    Dans les milieux populaires, les hommes sans qualification (comme les femmes trop qualifiées) ont du mal à entrer en couples. 
    D’où l’expression d’un vif ressentiment.

    InternetActu.net : À la lecture de votre livre, on a l’impression que la fracture numérique a été résorbée. 

    Et on peinerait même à trouver des traces d’une fracture sociale d’usages ?
    Dominique Pasquier : Oui. On trouve encore quelques personnes en difficultés, notamment les seniors, mais le plus frappant est de constater qu’internet est entré dans la vie de tous les jours, même chez les familles modestes.
    La régulation parentale y est par exemple aussi présente qu’ailleurs. 

    Mais dans les familles plus diplômées, on ne trouve pas la croyance que, parce qu’on sait se servir d’internet, on réussira dans la vie. 
    Il y a ici, une illusion de modernité. 
    Dans les milieux plus cultivés, on retrouve les mêmes difficultés à surveiller les pratiques des enfants et à réguler leurs pratiques, mais les parents offrent la complémentarité de l’écrit traditionnel valorisé à l’école. 
    Ici, les mères croient bien faire en encourageant les pratiques numériques, pensant que cela sera un déclencheur de réussite. 
    Mais c’est assez faux. 
    Malgré la transparence qu’elles imposent, les familles modestes ne savent pas ce que font leurs enfants. 
    En fait, il faut reconnaître que c’est plus difficile pour les parents qu’avant. 
    Alors que la télé réunissait les familles, internet menace les dimensions collectives familiales, par ses pratiques addictives (comme le jeu vidéo) et parce que les pratiques des plus jeunes sont impossibles à réguler. 
    Il transforme et menace profondément les familles. 
    Mon discours à l’air très négatif, je le reconnais. 
    Pour les plus jeunes, internet offre de fortes possibilités de divertissement. 
    Mais comme il n’y a pas de limites et qu’on ne peut pas en mettre, tout repose sur la manière dont les enfants gèrent les sollicitations. 
    Mes travaux sur la culture lycéenne [voir également notre compte-rendu d’une intervention de Dominique Pasquier sur ces questions datant de 2008, NDE], soulignaient déjà les limites de la transmission horizontale entre jeunes. 
    Les mères, qui se sont mises au jeu et qui ont compris qu’elles étaient accros à leur tour, ont une meilleure compréhension de ce qu’il se passe quand on ne peut pas s’arrêter. 
    Les disputes sur le temps d’écran sont moins présentes. 
    Reste qu’une grande partie de la vie des enfants échappe au périmètre familial et c’est difficile à vivre pour les parents. 
    Ils ont l’impression parfois de contrôler ce que font leurs enfants en ligne, mais ils se trompent.

     

    Propos recueillis par Hubert Guillaud
    http://www.internetactu.net/2018/09/21/linternet-des-familles-modestes-les-usages-sont-ils-les-memes-du-haut-au-bas-de-lechelle-sociale/

    0 0

    Divulgation Cosmique - Saison 11, Épisode 13 : Aperçu de nos relations avec les autres Civilisations Extra-Terrestres !



     

    David Wilcock : Bienvenue Dans Divulgation Cosmique. Je suis David Wilcock, ici avec moi, Emey Smith et Corey Goode.
    Dans cet épisode on abordera la question des centres de détention pour extraterrestres.
    Emery, bienvenue.

    Emery Smith : Merci, enchanté d’être là.
    David Wilcock : Et Corey, merci d’être là.
    Corey Goode : Merci
    David Wilcock : On a parlé dans le passé du programme pour intercepter et interroger les E.T., où vous avez participé, Corey. Donc pour ceux qui ne savaient pas, pourriez-vous brièvement nous le résumer ? 



     

    Corey Goode : Oui c’est un programme semblable en partie, à "Men in Black". Le principe de ce programme est si un intrus entre dans notre système, ne donne pas de signaux, amis ou ennemis, et s’il est intercepté, il est sorti de son vaisseau. Ou, ce qui arrive dans la plupart des cas, c’est que des aliens sont arrivés sur terre et sont secrètement ici, se fondant dans la masse comme l’un de nous.
    Et, ce groupe va donc extraire les gens qui sont ici… On appelle les aliens, des gens… les gens ici sans autorisation, pour les emmener sur une station en particulier, et les interrogatoires commencent pour savoir ce qui se passe.
    Ce groupe opérait aussi comme une force de police pour les groupes non-terrestres qui sont ici, avec une autorisation. Il aide à les maintenir séparés. En cas de problème, il servait de police.
    David Wilcock : Le programme auquel vous participiez s’appelle Solar Warden (Gardiens Solaires), un gardien comme ceux des prisons ou des maisons d’arrêt. Y a t-il un lien avec ce nom ?
    Corey Goode : Oui, le Gardien Solaire devait maintenir l’ordre dans notre système solaire. C’était sa mission principale. Ils avaient aussi un programme pour établir des bases sur les étoiles les plus proches, dans notre amas stellaire local. Mais oui, c’était… C’était sa mission.

    David Wilcock : Emery, vous soutenez avoir autopsié plus de 3000 systèmes biologiques différents.
    Emery Smith : Exact, des spécimens ! 



     

    David Wilcock : En avez-vous vu qui ressemblaient à des humains, pour être ici sur terre, dans ce programme ?
    Emery Smith : Ils nous ressemblaient, ils sentaient comme nous, ils marchaient comme nous. Il ont juste un QI plus élevé. Ils sont bien plus conscients que nous. Ils peuvent parfaitement s’intégrer n’importe où sur la planète, peu importe la langue, la religion, ou le niveau de vie du pays, dirons-nous. Ils n’ont donc pas besoin de beaucoup pour survivre ici. Ils peuvent vivre pauvres ou riches, ou comme quelqu’un de normal.
    David Wilcock : Vous avez participé à une série de différents programmes de missions secrètes. Celui dont on a le plus parlé ces dix dernières années étaient ces autopsies.
    Emery Smith : Oui.
    David Wilcock : Avez-vous participé à d’autres programmes plus tard, lorsque vous saviez que ces aliens humains étaient ici sur terre ?
    Emery Smith : Oui. Et en fait, certains de ces extraterrestres avec qui on travaillait dans le labo, et faisaient des dissections et tout ça, certains de ces corps extraterrestres humains entiers arrivaient, et ils étaient recouverts de coups, avec des hématomes sous-cutanés. Des coups reçus à l’arrière de la tête semblaient indiquer des tortures, parfois avec de nombreux os cassés. Et on ne… Je n’ai appris que plus tard que ces êtres venaient en fait d’une prison ou d’une cellule de quelque sorte, et étaient interrogés. Et, c’est probablement ce qui…
    Vous savez, après ça ils les envoyaient sûrement car ce n’étaient plus que des corps. Je suppose donc, après avoir entendu votre témoignage, que c’est ce qu’on recevait, car habituellement, ils sont en bon état, sauf s’ils ont été abattus, par exemple. Et ceux-ci avaient été visiblement battus à mort.
    Corey Goode : Oui. On peut en parler plus tard. Mais j’ai aussi reçu… A bord du vaisseau de recherches, j’ai reçu des spécimens qu’on transférait. Je peux expliquer comment, si ça peut aider.
    Très souvent, les individus qui étaient interrogés mourraient simplement du stress ou du choc causé par le processus. C’était très perturbant. Mais ils étaient étiquetés et étudiés après.

    Emery Smith : Exact. On a eu quelques uns qui étaient morts de faim. Je ne suis pas sûr du pourquoi, mais ils étaient définitivement… morts de faim.
    Corey Goode : Oui. Ils ont des prisons pour eux, certaines, spécialement pour eux où ils les emmènent comme une prison conventionnelle. Là où ils doivent continuer à les interroger pour obtenir d’autres renseignements. Ou, ils les échangent ou les transfèrent.
    Il y a peu de temps, j’ai eu droit à une visite détaillée du Centre d’Opérations Lunaire (LOC). Et il était relié à deux autres centres, le Centre d’Opération Lunaire qu’ils nomment LOC Alpha, sous terre, dans ces tunnels de lave, il y en a deux autres, les LOC Bravo et Charlie. Et le LOC Charlie a un centre de recherche qui est cryogénique. Et l’un de ces étages sert au stockage de certains de ces êtres qu’ils ont mis en état de stase.

    Emery Smith : C’est vrai. Il y en a un énorme là où je travaillais, comme une grande cryomorgue, où on les garde par centaines, avant de les envoyer au labo. 



    Il y a toujours assez de corps et de spécimens. Comme une quantité sans fin. Ils ne suivent pas, il y en a tellement, vous savez.., des centaines de salles où j’ai travaillé, où les gens travaillent. 





     



    Un truc qui s’est passé une fois, on a reçu des corps. Ils avaient été complètement déchiquetés et brûlés. Et ils ont arrêté de faire ça.
    Ils utilisaient l’armée, ses C130 géants et Hercules, pour transporter des corps dans d’autres labos dans le monde. Un s’est écrasé, et ils ont arrêté de le faire, car des civils sont arrivés sur les lieux et ont vu toutes ces créatures différentes et plusieurs…

    Corey Goode : Vous vous souvenez d’où et de quand ?
    Emery Smith : C’était en 1994. Et cette année là…
    David Wilcock : Et où ?
    Emery Smith : Je ne sais pas où, non. Aucune idée. Je connais juste l’histoire, car on nous a briefés dessus, et parce que les tissus changent là où ils brûlent. On doit faire attention à ne pas les prélever.
    David Wilcock : Qu’ont-ils fait avec les témoins, après que les gens aient vu ça ? Ont-ils été supprimés ou…
    Emery Smith : Oui, j’ai entendu qu’ils avaient reçu des menaces. Et je sais qu’un témoin a été supprimé sur les lieux.
    David Wilcock : Car ils ne pouvaient pas y croire ? Ils allaient parler ou…
    Emery Smith : Je crois que oui
    Corey Goode : Ou il a vu quelque chose qu’il ne devait pas.
    Emery Smith : Oui c’était plutôt ça. Et il fouinait et ramassait des trucs sur le site.
    David Wilcock : Wow…
    Emery Smith : Sur les lieux du crash, oui.
    David Wilcock : Qu’utilisent-ils alors, au lieu du C-130 ?
    Emery Smith : Tout se fait sous terre. Tout passe par le système des Maglev, et par d’autres qu’ils ont pour effectuer les transports.

    David Wilcock : Pourriez-vous nous décrire ce centre de cryostockage, cette cryomorgue ?
    Emery Smith : Oui, bien sûr, je l’ai vu plusieurs fois. C’est en fait… J’essaie de trouver un film qui pourrait vous aider à comprendre.
    Pensez à cette scène dans Matrix, avec tous ces corps qui sont là, mais ils sont tous debout ou couchés. OK. la plupart sont debout et couchés, mais certains penchés à 45 degrés. Et si vous rentrez dans cette salle, de cinq étages de haut, OK. La température y est négative. Et chaque conteneur a une taille différente. Ils n’ont pas tous la même taille, à cause des différents spécimens. On a des conteneurs sous vide qui font cette taille ( Emery montre environ 30 cm avec ses mains), pour des petits morceaux de tissus. Le plus petit mesure 30 cm sur 15 cm. Il a un pavé numérique. Et il est fait de verre et d’un métal spécial. Et il est sous vide. Il a son propre système d’aspiration sous vide. Et il a aussi un système de gaz, car certains échantillons doivent être stockés dans des gaz différents, pour conserver les tissus, pas dans la glace et…
    Corey Goode : Je vais vous interrompre…
    Emery Smith : Bien sûr

    Corey Goode : Sur le vaisseau de recherche, quand ils amenaient des spécimens, ils les reconditionnaient. Ils arrivaient dans…, particulièrement les petits échantillons… ils arrivaient dans une sorte de petite boîte de métal qui avait une sorte de verre au dessus. Les échantillons paraissaient lyophilisés mais étaient en fait en stase. Voilà comment les aliens nous les envoyaient. Puis les techniciens les prenaient éteignaient l’appareil d’une façon et l’ouvraient. Il était sous vide et le retiraient. Et ils le mettaient alors dans une autre boîte en métal, sous vide, qui était placée dans un sac comme pour des matières dangereuses , qui était scellé en haut.
    Emery Smith : Oui, c’est bien ça. J’ai vu les boîtes carrées en métal avant. 



     


     


    Corey Goode : Et le spécimen, il a l’air lyophilisé.
    Emery Smith : Oui.
    Corey Goode : Mais quand ils l’éteignent, il redevenait humide.
    Emery Smith : Tout à fait.

    David Wilcock : Donc on a parlé de votre programme "intercepter et interroger". C’est évidemment tout un univers dont aucun de nous n’avait connaissance. Quels types de prisons ont-ils, si ces êtres s’introduisent dans notre système solaire ? Comment gèrent-ils ça ?
    Corey Goode : Lors de l’interrogatoire, s’ils coopèrent et s’ils disent : "je suis ici, j’ai une petite équipe d’appui cachée près de Jupiter, par exemple, contactez-les et vérifiez…" Et bien souvent, on les remettait à leur groupe d’appui, genre en les réprimandant, en disant : "Voici le processus pour entrer légalement", je dirais.
    Pour ceux qu’ils voulaient continuer à interroger, ils les mettaient en prison sans état de stase, juste comme dans une prison normale. Et certaines prisons étaient des navettes. Certaines prisons étaient en fait des astéroïdes qu’on avait exploités. Puis on est allés dessus et on a créé des cryoprisons partielles, mais principalement des prisons normales. Ils maintiennent ces êtres sous les verrous de plusieurs manières.

    David Wilcock : Quel pourcentage de ces violations mène à cet avertissement amical, comparé à une vraie incarcération ?
    Corey Goode : C’est vraiment dur à dire. Je n’ai pas vraiment découvert ce qui leur arrivait avant un moment. Ces informations étaient compartimentées. Mais les discussions qu’on avait quand on était pas de service, indiquaient que c’était ça se passait. Je n’ai donc pas de chiffres, quand à qui était mis au fer et où.
    David Wilcock : Emery, quand vous étiez dans ces programmes, avez-vous rencontré ce qui semblait être un extraterrestre biologique ?
    Emery Smith : Oui.
    David Wilcock : Pouvez-vous décrire… Leur avez-vous déjà parlé ? Avez-vous pu savoir s’ils étaient ici officiellement, ce qu’ils faisaient ici ?
    Emery Smith : Oui, ils travaillaient en collaboration avec… Des extraterrestres se sont portés volontaires. Ils étaient capturés, puis s’offraient pour travailler et nous aider. Ou d’autres sont en fait venus ici de leur plein gré et avaient un type d’autorisation pour être dans ces labos, pour travailler avec les médecins sur différents aspects biologiques de la régénération tissulaire, de l’hybridation et du clonage.
    Corey Goode : Oui c’est ça. Ils en ont forcés beaucoup à prendre des postes scientifiques.
    Emery Smith : C’était : "tu meurs ou tu travailles ici". Et ils les traitent très bien d’après ce que je sais. J’ai entendu beaucoup d’histoires. Même dans mon équipe, je sais qu’un médecin était un extraterrestre humain, et il parlait, et il sentait comme nous, Aucune différence…
    Corey Goode : Après avoir mangé nos aliments pendant un temps.
    Emery Smith : Exact.

    Corey Goode : S’ils ne le font pas, ils sentent différemment.
    Emery Smith : Exact. Tout à fait.
    On avait aussi d’autres types d’extraterrestres, qui étaient présents et que plus tard, selon mon expérience, j’ai vu dans les réunions et tout. Mais ils n’étaient pas sur mon projet. 




     

    Corey Goode : Quand vous étiez avec eux, y avait-il des trucs sociaux bizarres ?
    Emery Smith : Oui.
    Corey Goode : Pouvez-vous en décrire ?
    Emery Smith : Oui. Ils font très attention à ce qu’ils disent, car beaucoup apprennent toujours nos petites idiosyncrasies, disons.
    Corey Goode : L’anglais particulièrement
    Emery Smith : C’est juste. Il n’est pas toujours parfait. Et beaucoup de… On voit qu’ils tentent vraiment de prononcer les mots comme quand des gens viennent aux USA d’autres pays, et qu’ils ne savent que 60 à 70 % de la langue. Ils disent qu’il peut y avoir un accent prononcé ou un truc comme ça. Et beaucoup, je crois, ont en fait des émotions comme nous. Et ils rient et peuvent être tristes, on peut blesser leurs sentiments, car ils sont très…, avec le temps, la majorité, mais pas tous. Certains se rebellent et tentent de s’échapper. Mais la majorité, en fait, après avoir été avec nous, ils ont eu de la pitié pour nous. Et ils veulent aider. Et rester. Je crois vraiment… Ils ont tant de compassion. Ils ont dix fois plus de compassion. Et j’ai vu tant d’altruisme de la part de beaucoup de ces êtres, spécialement quand les choses… Parfois les choses se passent mal dans les labos, et eux, ils sont là… Ils ne sont pas louches… je veux dire. Ils se préoccupent vraiment. Oui, c’était très interressant.
    David Wilcock : Ont-ils un sens de l’humour ? Seraient-ils…
    Emery Smith : Absolument. L’humour est très important pour eux. Et…
    Corey Goode : Ils adorent notre musique.
    Emery Smith : Oui. Ils adorent les lumières. Notre musique. Tout ce qui a trait avec les sens, ils apprécient vraiment ça.
    Corey Goode : Certains aiment parier, à cause de cette adrénaline.
    Emery Smith : Exact, et ils apprennent aussi nos mauvaises habitudes comme pour la nourriture et comme vous dites, les paris et ces choses excitantes qui peuvent nous occuper. Ils ne sont pas invincibles, car ils appartiennent aussi à notre dimension. Ils sont donc ici juste comme nous. Mais ils sont juste… bien plus conscients et très…. Leur QI crève le plafond. Et si vous en avez un qui parle très bien, vous ne saurez sûrement pas qu’il est alien, en fait… (rires)

    David Wilcock : On va me demander de vous poser cette question : L’un de vous pense-t-il qu’il y a des gens à des postes très publics, qui sont en fait des extraterrestres humains ?
    Corey Goode : On m’a dit, quand j’étais dans ce programme, qu’ils sont très limités quand à leurs moyen de participer dans cette société. Ils peuvent… Tout doit être pré-approuvé. Ils peuvent travailler dans nos entreprises. Mais ils ne peuvent occuper des postes de pouvoirs. Ça vaut pour ceux qui viennent ici, peu importe à quel sujet.
    Emery Smith : Absolument. Ils ne sont pas autorisés à occuper des postes d’influence. Je le saurais. En dehors des affaires. Je vous dis, je le saurais là, si quelqu’un de pouvoir était un alien. Et ils ne nous le font pas. Peut-être qu’à l’avenir, ce sera le cas. S’ils doivent sauver la planète, et nous… Mais pour le moment, il n’y a rien de semblable. Et la corruption dans le monde, le montre bien. Et..; vraiment. Ils ont des règles spécifiques, comme le dit Corey, les empêchant de faire certaines choses ici.
    David Wilcock : Il y a sept milliards d’individus sur terre, qui sont des humains terrestres. Et, Corey, vous avez décrit la colonisation de notre système solaire qui semble bien plus vaste que la simple population de la terre. Pouvez-vous évaluer combien de personnes vivent dans notre système solaire, en prenant "personnes" au sens large ?
    Corey Goode : Des millions !
    David Wilcock : On est déjà des milliards sur terre. Y a -ils des millions d’autres "gens" dans notre système solaire ?
    Corey Goode : Il y a des millions des nôtres, qui vivent dans le système solaire.
    David Wilcock : D’accord.
    Corey Goode : Pour ce qui est des non-terrestres, c’est un plus grand nombre.
    David Wilcock : Y a-t-il une raison pourquoi l’humanité terrestre est en charge de qui entre et sort de notre système solaire, comparé à d’autres groupes qui colonisent déjà ici ?
    Corey Goode : Pendant un temps, ça s’est passé comme ça. Ces différents groupes « généticiens » contrôlaient tout ça. Après avoir développé la capacité à voyager interstellairement, et avec l’armée qu’on a dans l’espace, on a commencé à contrôler notre propre système solaire.
    David Wilcock : Et les autres groupes nous ont laissé faire ?

    Corey Goode : Oui. Beaucoup n’avaient pas le choix, car on avaient maintenant leur technologie, ou une plus grande, qu’on a reçu lors de ces échanges. On échangeait des gens et du matériel génétique, dans ce trafic d’esclaves galactiques. C’est énorme… le négoce est très important.
    Pendant un temps on a eu des problèmes quand on développait ces routes commerciales dans les 52 amas stellaires locaux, car il y avait déjà des routes commerciales bien établies. Et on interférait avec. Ça a été un processus d’apprentissage important. Maintenant on en est à… Avant on devait envoyer toute une flotte pour amener des êtres ou des projectiles à un avant-poste. Maintenant ils utilisent le type de navettes que j’avais utilisé, en forme de cigare. Tout est automatisé. Ils volent de système stellaire en système stellaire. Et ils expulsent ces conteneurs et les laissent flotter. Ils partent vers les système stellaire suivant pour la livraison suivante. Ils ne doivent pas s’inquiéter qu’un groupe différent arrive et prenne leurs affaires. C’est maintenant… Tout est bien établi maintenant.

    David Wilcock : Corey, vous avez mentionné avoir de nouvelles infos sur des êtres aquatiques dans le Pacifique. Pouvez-vous nous en parler ?
    Corey Goode : Oui, j’ai des nouvelles infos. Mais je les avais quand j’étais dans le programme des interrogatoires. La Navy avait découvert accidentellement, une base extraterrestre sous l’océan Pacifique, qu’ils ne connaissaient pas et qui n’était pas approuvée. L’autre groupe non-terrestre avec qui ils communiquaient ont dit qu’elle n’était pas approuvée.
    Donc, les renseignements de la Navy ont organisé une opération d’entrainement au dessus de la base, où ils lâchaient des grenades sous-marines et d’autres armes perforantes dans l’océan, et ont, en gros, détruit cette base. Et les gens, comme ils lâchaient ces munitions dans l’océan, des vaisseaux sont sortis. Ils voyaient toute cette activité. Des navettes partaient, évacuaient.
    Des semaines plus tard, le programme a envoyé des sous-marins électromagnétiques en repérage dans la base. Et là, il y avait des douzaines d’êtres encore en vie. Ils ont fini par les emmener pour les interroger. Et oui, ils étaient aquatiques.

    Emery Smith : Comment étaient-ils ?
    Corey Goode : Et bien.
    Emery Smith : A quoi ressemblaient-ils ?
    Corey Goode : Ils étaient en fait plutôt petits. Ils les maintenaient ensemble dans cette grande cuve verticales. Puis ils utilisaient les hameçons, comme pour les parties de pêche, pour les atteindre et les attraper et les sortir brutalement, et les déplacer dans cette autre cuve qui était reliée à des câbles et qui avaient une bague de métal autour, collée au verre, avec du silicone ou un truc comme ça. Et, ces êtres, ils avaient une sorte de grand lobe devant leur tête, et c’était visiblement comme ça qu’ils communiquaient. Au vu de la taille de leur mâchoire, on pouvait dire que visiblement, ils ne communiquaient pas oralement comme nous. Plutôt par…
    Emery Smith : Echolocation.
    Corey Goode : Oui. De façon similaire aux dauphins. Ils ont donc trouvé un moyen de communiquer avec eux. On ne communiquait pas avec eux. C’est dur de le faire. Leurs points de références sont totalement différents des nôtres. Mais ils stressaient ces êtres, en changeant la température de l’eau, avec des produits chimiques, ce genre de choses, pour stresser ces êtres, quand ils les interrogeaient.
    David Wilcock : Emery, avez-vous vu souvent des êtres de type aquatique, quand vous étiez dans le programme des autopsies ?
    Emery Smith : J’ai vu environ deux cent êtres aquatiques, c’est à dire… ou des échantillons aquatiques ou des êtres aquatiques. Et il a raison. Ils ont un type de corps complètement différent et un autre type de biologie cellulaire. C’est très différent, vous savez. Juste comme, entre nous et les dauphins et les poissons.
    David Wilcock : Avaient-ils plus de cartilages et d’os au niveau de leur squelette ?
    Emery Smith : Bonne question. Tout à fait. Beaucoup étaient incapables de marcher sur la terre ferme. Mais d’autres, si. Certains avaient des os. Et beaucoup avaient un type de corps très cartilagineux, où ils n’avaient pas… Ce qui leur donnait une forme était cette matrice de cartilage entremêlée, avec une masse musculaire incroyable, et une définition musculaire fantastique.
    Un de ceux que j’ai examiné avait le corps d’un humain. 




    Il avait des nageoires, le long de son corps, vers l’extérieur, et les mains et les pieds un peu palmés, et il mesurait environ 1m80.


     

    J’en ai vu de très petits, comme il a vu. Mais la taille importe peu dans l’univers. C’est ce que je peux dire.
    Corey Goode : Des navettes qui se sont écrasé avaient cette taille (Corey montre environ 40 à 50 cm avec ses mains).
    Emery Smith : Oui !
    Corey Goode : Elles étaient habitées.

    Emery Smith : Oui. Les êtres peuvent être très petits. On devait parfois utiliser ces microscopes neurologiques géants pour prélever des échantillons, car ils mesuraient seulement sept centimètres de haut.
    David Wilcock : "Microscope neurologique" voulant dire que vous aviez une connexion avec dans votre esprit ?
    Emery Smith : Non, désolé.. Juste un microscope normal qu’ils utilisent en neurochirurgie, pour le cerveau.
    David Wilcock : OK.
    Emery Smith : Avec un grossissement. Il a son propre fauteuil où s’asseoir pour réaliser ces tout petits mouvements. C’est vraiment très dynamique. Mais…

    David Wilcock : L’humanoïde d’Atacama que vous avez disséqué à Sirius, ne mesure que 15 centimètres.
    Emery Smith : En fait, 13 centimètres. 




    David Wilcock : Comment est-ce comparé aux plus petits que vous avez vus ?
    Emery Smith : Le plus petit que j’ai opéré mesurait 7 centimètres.


     

    David Wilcock : Vraiment ?
    Emery Smith : Oui. Tout le corps. Et la tête était trois fois…
    David Wilcock : Adulte
    Emery Smith : … trois fois plus grande. Elle le sont toujours, curieusement. Probablement pour le cerveau ou d’autres trucs qu’ils ont de spécial. Comme ce grand truc des êtres aquatiques, sur le front, pour l’echolocation et la communication. On en voit beaucoup de ces bosses géantes et tout ça. Elle sont faites de calcium. Et elles ont des formes très bizarres. C’est très similaire aux dauphins et aux baleines, comme vous dites, Corey.

    David Wilcock : Corey, il y a ces différents êtres entrant dans notre système solaire. Certains y sont autorisés. Mais d’autres pas. Vous n’avez pas vraiment parlé avant, du programme "intercepter et interroger". Pourriez-vous nous décrire certains êtres que vous avez vu dans ce programme ? Donnez-nous un exemple.
    Corey Goode : La plupart étaient des humains. Ils semblaient humains, plusieurs type d’humains. Environ 10 %, peut-être 15 %, étaient du type que vous avez décrit comme des aliens à l’aspect très étrange ayant évolué dans un environnement très différent. Donc, on avait des insectoïdes. Il y avait différents types d’être reptiliens qu’on atout de suite remis aux Dracos. Les insectoïdes, il y avait un certain type d’insectoïdes, un certain groupe qu’on leur remettait toujours.
    J’ai décrit celui qui avait une tête bizarre d’hippocampe, et un corps segmenté d’insectoïde. Il existe tout un nombre d’amphibiens différents. J’ai aussi décrit l’être félin que j’ai vu. Et c’est en fait plus tard, quand j’étais… sur le vaisseau de recherche.
    Pour certains de ces êtres, il y a un mandat "mort ou vif", car ils veulent juste des renseignements. L’un d’eux était de type félin qui pouvait se télé-transporter n’importe où, où il voulait. Et, en gros, il devait penser là où, il voulait aller, changer ses vibrations pour celles du lieu de destination, et il y arrivait. C’était une espèce vraiment très évoluée que ce groupe militaire voulait attraper. Apparemment, ils ont mis en place une sorte de… , comme dans le film Jumper, une sorte de réseau électrique et quand il surgissait pour avoir une réunion avec quelqu’un, qu’il voyait régulièrement, ils pouvaient l’attraper grâce à ce filet. Et en fait, il l’électrocutait à mort. Et on a vu le corps, quand il était transporté. Et, il était très grand. C’est dur à dire, vu comme ils le portaient. Il était de couleur lavande et avait les marques du filet partout.. La pointe de ses oreilles était brûlée presque entièrement. Mais le plus bizarre, c’est que, et même les sociopathes présents, tout le monde était bouleversé. Les larmes ont coulé. On se sentait tellement triste pour cet être. Et il y avait là des gens sans émotions littéralement, qui pleuraient.

    David Wilcock : Avez-vous déjà vu des humanoïdes de type félin ? Ça vous dit quelque chose ?
    Emery Smith : Oui, beaucoup d’êtres ressemblant à des chats.
    David Wilcock : C’était commun ?
    Emery Smith : C’est commun, oui. Et ils sont très intelligents. Et certains sont transdimentionnels, ils ont donc plusieurs capacités. Et certains, en fait, comme une anguille électrique, ont de l’électricité en eux. Ils mettent toujours des plaque d’ancrage sur ces trucs, avant de les opérer, pour s’assurer qu’on a pas d’électricité statique ou qu’ils n’aient plus d’électricité. Vous voyez.
    Vous savez, je n’aime pas travailler sur eux, car beaucoup de gens, même avec les plaques ont été électrocutés, certains techniciens et médecins, Mais oui, ils sont très courants. Il y a différents types d’espèces, dans tout l’univers. Et… Je n’ai pas… Je ne peux me rappeler d’aucun qui était mauvais, lors des briefings, quand on en a parfois. C’est donc… un bon signe qu’ils aient des supers pouvoirs et ne sont pas agressifs (rires)…

    Corey Goode : Cet être, je m’en souviens, rendait visite à un individu en particulier pour donner des conseils spirituels et des connaissances. L’individu qu’il visitait a été tué lors de la capture.
    Emery Smith : Intéressant. Wow.
    Corey Goode : Ils obtenaient des informations d’une nature spirituelle de cet être qui lui apparaissait parfois. Et certaines de leurs technologies peuvent avertir quand quelque chose se télétransporte.
    Emery Smith : D’accord.
    Corey Goode : C’est comme si il y avait des perturbations dans le réseau et qu’ils pouvaient le triangulariser.
    Emery Smith : Ok.

    David Wilcock : On a parlé du système carcéral. C’est important ici. Et pour le temps qu’il nous reste, laissez-moi vous poser une question : Toute une série de films de science-fiction que la Cabale pourrait avoir inspiré, qui semble parler de l’idée de prisons où les gens sont mis dans une sorte d’état de biostase. On a donc une question spécifique du public, car on aime répondre à vos questions.
    "Que savez-vous des systèmes carcéraux américains sur Terre, développant une technologie de détention en Biostase?" L’un de vous a-t-il une information?

    Emery Smith : Je suis définitivement au courant. Ils le font. C’est un moyen… peu coûteux d’écarter les gens qui ont fait de sales trucs.
    Corey Goode : Ils le feraient avec des opérateurs spéciaux, hors de contrôle, qui sont trop dangereux pour être relâchés dans la civilisation. Mais je n’ai rien entendu, en ce qui concerne le système carcéral général. Mais ils ont sûrement des plans.
    Emery Smith : Je m’en doute. Ouais.
    David Wilcock : Selon la règle de droit, je crois qu’il y aurait de grandes objections éthiques. Ça ne pourrait pas être autorisé par un gouvernement légitimement élu.
    Emery Smith : Tout leur plan est comme ça, avec des cellules de biostase, comme ils disent. Sans parler de planètes, pas aussi grandes que la Terre, mais plutôt grandes. Corey est probablement au courant. C’est là qu’ils les retiennent.
    David Wilcock : J’ai entendu l’initié des programmes spatiaux, Jacob, décrire des planètes prisons, des planètes dont la fonction principale était d’emprisonner les gens et les empêcher de partir.
    Corey Goode : Un peu comme ici, on dirait.
    Emery Smith : Oui, c’est très similaire.
    David Wilcock : Jacob a bien précisé qu’on ne voudrait pas du tout se retrouver sur une de ces planètes, que c’est une existence misérable, si vous vous y retrouvez.
    Emery Smith : Celles dont je parle sont de biostase et de cryo. Ils restent donc dans un sommeil profond pendant des centaines de milliers d’années. 1.000 ans, 100 ans et bien plus, selon ce qu’ils ont fait.
    David Wilcock : Vous avez tous les deux fait un grand travail ici. Une discussion très instructive. C’était une Divulgation Cosmique, avec Emery Smith, Corey Goode et votre hôte, David Wilcock. Merci de nous suivre.


    Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site : http://www.elishean.fr/
    Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag
    http://www.elishean.fr/divulgation-cosmique-programme-detention-interrogation-des-e-t-saison-11-ep-13/

    0 0

    Envoyez de la Lumière à ceux qui sont en première ligne !





    Si vous le permettez, tout cela peut être complètement écrasant, c’est vrai. 

    Mais ne vous arrêtez pas là. 
    C’est à vous d’être un agent de changement au milieu de la montagne, sans avoir l’impression d’avoir à pelleter de la terre pour déplacer la montagne. 
    Vous êtes un porteur de lumière très puissant avec beaucoup de travail à faire, alors commencez. Souvenez-vous. 
    Quand vous entendez parler de quelque chose qui vous tiraille le cœur, envoyez la lumière. 
    Voir le résultat le plus élevé qui se manifeste. 
    Envoyez de la lumière à ceux qui sont en première ligne. 
    Imaginez la planète entière et tous les êtres sensibles et les systèmes complexes dans l’harmonie, la paix et l’équilibre. 
    Tenez la lumière de la possibilité pour qu’il en soit ainsi. 
    N’abaissez pas votre champ d’énergie en conformité avec ceux qui pourraient douter de vous. 
    Vous êtes ce que vous attendiez. 
    Envoyez de l’amour à ceux qui sont dans l’agitation ou dans l’obscurité, ou sur le chemin d’un ouragan. 
    Envoyez de la lumière à la planète pendant qu’elle guérit de ce que nous, les humains, lui avons fait subir et pour réduire l’impact sur les êtres sensibles des changements climatiques, des tremblements de terre, des volcans, des tempêtes. 
    Vous êtes une Lumière puissante et influencez le tout à chaque ondulation, pourquoi ce grand pouvoir est-il gaspillé ou rejoint le problème sur la solution? 
    C’est votre choix moment par moment. 
    Vous savez quoi faire. 
    C’est nous qui sommes “la seconde venue” ; c’est nous qui sommes chargés d’ancrer l’amour inconditionnel dans chaque aspect de notre expérience terrestre. 
    C’est notre choix. 
    Il est temps de se hâter; il n’y a pas de temps a perdre.
    Alors, ce qui attire votre cœur dans la positivité élargira cela pour le collectif. 

    L’image que vous donnez du résultat le plus élevé y contribuera ; l’inverse est également vrai. 
    Choisissez votre équipe et mettez-vous au travail. 
    Cette période extraordinaire de dévoilement de la tromperie et de la corruption est traumatisante, mais bien sûr, c’est aussi une occasion de se réjouir. 
    Que la vérité soit montrée. 
    Il n’y a pas de frontières dans ce processus, nous sommes tous un, tous des Terriens, tous unis par notre cause originale. 
    Ce n’est pas un processus politique, c’est un processus spirituel. 
    C’est une union des cœurs. Il est temps que nous prenions en charge notre propre expérience, nos propres créations, notre propre vie. 

     

     

     

    Choisir la paix et l’amour et l’harmonie et le bien-être et la santé et la vitalité et l’expansion et l’abondance, tient la lumière de la possibilité pour chacun de la vivre aussi. 
    C’est l’heure. 
    Il y aura du chaos et des bouleversements avant que les choses ne s’arrangent, mais choisir son équipe à l’avance y contribue. 
    Choisir ses intentions et connaître son but aide. 
    Vous êtes ici pour aider à créer la Nouvelle Terre remplie de tout ce que vous savez au fond de votre vrai cœur pour être bon et juste. 
    Tenez toujours la lumière pour cela. 
    Quand le monde extérieur vous déprime, nourrissez-vous de votre riche monde intérieur, alimenté par votre connexion spirituelle profonde à Tout Ce Qui Est, la ressource sans limites pour tous. 
    Quand vous avez besoin d’un refuge extérieur, cherchez la nature. 
    Promenez-vous parmi les arbres et près de l’eau et assistez aux miracles extraordinaires des animaux et des oiseaux. 
    Tout ce que vous avez à faire, c’est vraiment regarder une toile d’araignée au soleil, ou considérer la migration des papillons monarques ou des baleines dans l’océan, ou les formes impressionnantes des nuages… et cela vous rappelle la vérité et ce qui est juste dans notre monde. 
    Cherchez le réconfort dans la nature ; il vous rajeunira en cas de soif. 
    Le désir de la protéger est aussi vital que notre propre protection et nous rappelle que nous en faisons partie.
    Cette période de l’équinoxe est une excellente occasion d’ancrer un plus grand équilibre en nous-mêmes, et par conséquent dans notre monde. 

    Le temps de lumière et d’obscurité égales crée un point d’équilibre, un point d’appui par lequel nous pouvons choisir la voie du milieu du Bouddha… le point central, neutre et enraciné à partir duquel nous utilisons notre grande puissance et notre lumière pour le meilleur résultat de notre maison : Le paradis sur la Terre Mère. 
    C’est l’heure. 
    Vous savez quoi faire.
    Avec beaucoup d’amour, de soutien et de camaraderie, nous sommes à vos côtés.
    Le Conseil de Lumière en chacun de nous.

     

    Traduit par Marie-Louise pour https://messagescelestes.ca
    Source http://www.heartlight.ca
    Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius



    0 0


    Huile de palme : Malgré les promesses, l'hécatombe forestière et animale en Indonésie se poursuit !



    Encore beaucoup d’huile de palme "sale" dans nos assiettes et nos produits de beauté !
    Selon une enquête de Greenpeace International, une douzaine de multinationales continuent malgré leurs promesses à contribuer à la déforestation en Asie. 






    Pepsi, Kellogg's, Ferrero... Ces multinationales qui refusent de dire d'où vient leur huile de palme !
    Autrefois, les palmiers elaeis guineensis ou éléis (un mot que connaissent bien les cruciverbistes) croissaient bien tranquillement à l'état natif dans les forêts d'Afrique où les indigènes ...
    http://www.brujitafr.fr/2018/03/pepsi-kellogg-s-ferrero-ces-multinationales-qui-refusent-de-dire-d-ou-vient-leur-huile-de-palme.html


     


     


    Pour vendre des Rafale à la Malaisie, la France autorise l'huile de palme dans le carburant !
    http://www.brujitafr.fr/2018/05/pour-vendre-des-rafale-a-la-malaisie-la-france-autorise-l-huile-de-palme-dans-le-carburant.html

    La production d’huile de palme à destination de l’industrie agrolimentaire et cosmétique continue de nourrir la déforestation en Asie. 

    Le bilan est très sombre, selon Greenpeace International, qui rend publique, mercredi 19 septembre, une enquête intitulée "Le Compte à rebours final". L’ONG ne s’attarde pas sur les symptômes de la fièvre de l’huile de palme. 
    Mais elle analyse les pratiques des producteurs locaux qui se prétendent "responsables"
    P"  afin de pouvoirfournir de grands groupes internationaux. 
    Jusqu’à quel point des marques de réputation mondiale cherchent-elles à connaître les agissements de ceux qui approvisionnent leurs chaînes de production ?

    Autorités locales soudoyées !


    Colgate-Palmolive, General Mills, Hershey, Kellogg’s, Kraft Heinz, L’Oréal, Mars, Mondelez, Nestlé, PepsiCo, Reckitt Benckiser et Unilever : ces douze grands noms, parmi les vingt groupes passés au crible, se fournissent auprès de vingt sociétés qui contribuent à la dévastation des paysages indonésiens. 
    Celles-ci sont, selon Greenpeace, à l’origine de la destruction de plus 130.000 hectares (ha) de forêts depuis fin 2015. 
    Pis, 40 % des zones rasées (51.600 ha) se trouvent en Papouasie indonésienne, une des régions du monde les plus riches en biodiversité et qui était jusqu’à récemment préservée de la mainmise de l’industrie. 
    La déforestation y sévit à un rythme alarmant. 
    Et encore, le secteur des agrocarburants, en pleine expansion, n’est pas intégré dans ce décompte.
    Derrière ce constat pointe l’agonie de la forêt tropicale en Indonésie, pays qui fournit 55 % de la production mondiale, 85 % si l’on rajoute la Malaisie. 

    Les images émouvantes d’un orang-outang frappant d’un geste désespéré le godet d’une pelleteuse mécanique au milieu d’un tapis d’arbres arrachés ont fait le tour du Web cet été. 
    Prises par International Animal Rescue Indonesia, elles ne reflètent pas, à elles seules, l’étendue des dégâts qu’entretient une demande mondiale grandissante pour cet oléagineux peu cher et fort commode à travailler.
    Non seulement cette malédiction économique dévaste la faune sauvage et la flore luxuriante, mais elle affecte aussi des communautés autochtones et suscite de sérieuses entorses aux droits des travailleurs. 

    Tandis que les immenses feux destinés à dégager le terrain pour l’extension de nouvelles plantations, toujours plus loin dans l’ex-forêt, rendent l’air irrespirable jusque dans les pays voisins. 



     


    Sur la sellette, le secteur s’est doté d’une certification "huile de palme durable"
    Le 26 juin 2018, les membres de cette Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO) se sont réunis à Paris. 
    Ce jour-là, une poignée de membres de communautés locales affectées par cette industrie, en Colombie, en République démocratique du Congo ou en Indonésie ont eu droit à quelques minutes pour présenter leurs doléances. Franky Samperante, 48 ans, était venu de l’île de Sulawesi témoigner au nom de l’organisation des peuples indigènes Pusaka.
    "Des compagnies ouvrent la forêt et nous repoussent hors des terres sur lesquelles nous vivions depuis des générations, confiait-il. 

    Nous avons écrit au gouvernement et aux parlementaires… mais chez nous, des gens sont arrêtés tous les jours."
    Le rapport de Greenpeace décrit en détail une quarantaine de plantations dans plusieurs districts de la province de Papouasie, de Bornéo, de l’île Bawal… 

    L’ONG a fait travailler durant plusieurs mois ses équipes de cartographes à partir d’images satellites, a analysé les banques de données disponibles (notamment celles du ministère de l’environnement et de la forêt indonésien) et envoyé ses militants sur le terrain effectuer des repérages.


    La politique "Zéro déforestation" n’est pas respectée dans les faits !


    Elle présente, par exemple, les plantations du groupe familial Hardaya Plantation Group. 
    Sa présidente-fondatrice, Siti Hartati Murdaya, a été condamnée en 2013 à trente-deux mois de prison et à une amende de 15.000 dollars américains (13.000 euros) pour avoir soudoyé les autorités de Sulawesi, afin d’obtenir des concessions dans le centre de l’île. 
    Une ONG locale, Aidenvironment, a identifié environ 145.000 hectares de concessions au total, malgré l’absence de données publiques.
    Au vu d’images satellite américaines et des cartes du gouvernement, il semble qu’Hardaya ait défriché pour ses plantations 434 ha entre le 26 décembre 2014 et le 8 mars 2018, dont des parcelles taillées dans des forêts primaires. 

    Le groupe n’a pas répondu aux questions de Greenpeace. 
    L’agro-industriel Mars, en revanche, lui a fait savoir qu’il entendait exclure Hardaya de sa chaîne d’approvisionnement.
     


    Pression des ONG :


    "On aimerait bien que les entreprises cessent d’attendre qu’on vienne les voir pour leur mettre sur la table les agissements de leurs fournisseurs, déplore Cécile Leuba, chargée de campagne forêts chez Greenpeace France. Il faut qu’elles mettent d’elles-mêmes en place des plans pour mieux connaître leurs approvisionnements."
    Pour l’heure, la politique Zéro déforestation, à laquelle les multinationales et l’ensemble de la filière se sont progressivement engagés depuis 2010 sous la pression des ONG, n’est pas respectée dans les faits. 

    Or plusieurs grandes marques n’ont pas hésité à assurer que, d’ici à 2020, les achats des consommateurs ne se feraient plus au détriment de nouvelles parcelles défrichées. 
    On en est loin. 



     


    Greenpeace a particulièrement en ligne de mire Wilmar International – le plus gros négociant d’huile de palme au monde. 
    Ce tradeur basé à Singapour, qui représente 43 % du marché, est certifié RSPO depuis 2005. 
    Il avait suscité beaucoup d’espoir en 2013 en s’engageant à cesser"toute déforestation, toute destruction de tourbière, toute exploitation humaine", et en respectant notamment le droit des communautés locales. 
    Las, Wilmar est le principal client de dix-huit des producteurs mis en cause dans ce rapport.
    Parmi les ONG, The Forest Trust (TFT) a une position particulière. Peu connue du grand public, elle travaille avec des entreprises affichant leur volonté de modifier leurs pratiques vis-à-vis de la forêt, mais aussi en matière sociale. 

    C’est ainsi qu’elle est partenaire de Wilmar depuis cinq ans. 
    Mardi 18 septembre 2018, à la veille de la sortie de l’enquête de Greenpeace, elle a fait part de sa déception à l’égard du négociant, dont les efforts se sont nettement ralentis après la première année de leur collaboration.
    Ce dernier avait par exemple décidé de rendre publique la liste complète de ses usines à huile en Malaisie. 

    Dans un communiqué, TFT annonce que Wilmar devrait en fait présenter, d’ici au 30 septembre, un "nouveau plan d’action pour combler les lacunes dans la mise en œuvre de la politique" vertueuse qu’il avait annoncée, assorti d’un échéancier précis.

     

    source
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/09/19/encore-beaucoup-d-huile-de-palme-sale-dans-nos-assiettes-et-nos-produits-de-beaute_5356988_3244.html
    http://www.brujitafr.fr/2018/09/huile-de-palme-malgre-les-promesses-l-hecatombe-forestiere-et-animale-en-indonesie-se-poursuit.html

     
    En graphiques : Quand l’huile de palme abat les arbres 

    Lire aussi : Biocarburants : l’huile de palme, un concurrent bon marché venu d’ailleurs  
    Lire aussi : Les ONG attaquent Total pour ses importations d’huile de palme  
     

    0 0

    Le peuple de la Terre sera réveillé lorsque la force de l'Amour Divin ouvrira son cœur à la Vérité !


    Déesse Aphrodite canalisée par Marlene Swetlishoff



    Salutations de Vénus !
    Je viens sur les ailes de l’amour ! 

    Je suis Aphrodite, déesse de l’amour et de la beauté. 
    En regardant la Terre de mon point de vue, je vois votre monde vivre une initiation qui est et continuera d’éveiller profondément les âmes de la Terre à l’amour et à la beauté qui résident dans leur cœur. 
    Cet amour est en parfait alignement avec les qualités les plus sacrées de l’étincelle Divine qui vit en eux. 
    Cet amour a été nié pendant des millénaires et réprimé par des messages contraires qui ont dominé l’humanité pendant bien trop longtemps. 
    Cet amour et sa beauté profonde épanouiront et fleuriront dans la vie à la manière de la rose, symbole de tout ce qui est pur, innocent et entier.
    Le peuple de la Terre sera réveillé lorsque la force de cet amour Divin ouvrira son cœur à la vérité de sa propre pureté, innocence et bonté. 

    Ils commenceront à se rappeler qu’ils sont des êtres puissants et souverains qui peuvent choisir, par le libre arbitre de Dieu, de vivre une existence plus raffinée, éclairée et illuminée, en parfaite harmonie avec l’univers et ses lois inhérentes de conduite. 
    Ils verront que ce chemin était à leur disposition depuis le début et feront le choix conscient de vivre en alignement avec leur vérité.
    Il y a un équilibre qui a lieu dans l’aspect Féminin Divin de la Divinité. 

    Cette activité mettra au premier plan les qualités nécessaires pour mettre de l’ordre dans le chaos par des moyens aimants et pacifiques, de manière à établir un nouveau modèle, un nouvel exemple de la voie à suivre pour créer une nouvelle réalité sur la Terre et ses habitants. 
    Il y a déjà un équilibre entre les courants de vie masculins et féminins qui s’incarnent ici sur Terre. 
    Les femmes sont honorées et respectées pour le rôle important qu’elles jouent dans la vie quotidienne. 
    Elles ne seront plus considérées comme allant de soi et négligées en faveur du genre masculin.
    Chaque âme sera considérée comme donnant des qualités uniques et importantes à l’amélioration continue et à l’expansion de la civilisation combinée sur une existence toujours plus illuminée sur leur planète. 

    Cela permettra de prendre conscience de l’immensité de leur appartenance à une grande civilisation Galactique. 
    Elle ouvrira de nouvelles frontières d’exploration et de découverte à mesure que l’humanité assumera la responsabilité Divine d’autonomie, vivant toujours dans l’alignement le plus élevé avec le plus grand bien pour toute vie.
    À cette fin et résultat, nous, l’énergie et la conscience des Déesses, apportons la bonté, l’amour et le soutien nourrissants à toute vie sur cette planète. 

    L’unité qui vient de tous les habitants de la Terre travaillant ensemble dans l’unicité apportera des bienfaits miraculeux non seulement à la Terre et à ses habitants, mais à toute l’existence cosmique dans les mondes sans fin du Premier Créateur. 
    Enfin, l’humanité et la Terre reviendront à la maison.
    Je suis Aphrodite.

     

    Traduit par Diane L. pour https://messagescelestes.ca
    Source https://www.therainbowscribe.com
    Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius

     

    0 0


    Le 20 Juillet 1969 le Conseil Galactique donna 50 années aux peuples de la Terre pour évoluer moralement !

     


     

    Un jour ou peut-être une nuit, le grand médium brésilien Chico Xavier (1910 - 2002) reçut un message de son esprit guide l'informant d'une "réunion des membres du conseil galactique comprenant les puissances célestes de notre système solaire, anges et extraterrestres, sous la supervision de Jésus en personne", précisent les sources, s’était tenue au moment de l’alunissage d’Apollo, le 20 Juillet 1969.
    Devant le développement inquiétant de la science, notamment dans le domaine nucléaire et la conquête spatiale, des membres du conseil souhaitèrent mettre un terme à la folie technologique de l'humanité. 

    "C’est alors, toujours d'après les sources, que Jésus prit la défense (encore une fois) des humains et une dernière chance fut accordée à l’humanité."
    Le conseil galactique donna 50 années aux peuples de la Terre pour évoluer moralement et parvenir à coexister pacifiquement, sans provoquer une troisième guerre mondiale.
    Le 20 juillet 2019, les grandes âmes de la galaxie examineront l'évolution morale et pacifique de l'humanité durant les 50 dernières années et décideront de son sort.
    On nous pardonnera peut-être la pollution planétaire et la sixième extinction de masse des animaux. 

    Quant à l'interdiction absolue de provoquer la Troisième Guerre mondiale, le conseil galactique constatera que nous (mais surtout l'empire américano-sioniste) avons dépassé les bornes.


    Diffusé et suite :
    https://bouddhanar.blogspot.com/2018/09/le-20-juillet-2019-le-grand-jugement.html

older | 1 | .... | 176 | 177 | (Page 178) | 179 | 180 | .... | 203 | newer